Une ferme à trolls au service de l’industrie du charbon en Tchéquie

L’industrie du charbon dépense des sommes faramineuses en relations publiques pour faire oublier les dommages qu’elle inflige à notre santé et à notre environnement. Cela se passe aussi en Tchéquie où les liens entre cette industrie, des agences de relations publiques et des fermes à trolls ont été dévoilés.

Article de Lukáš Hrábek, porte-parole de Greenpeace Tchéquie, publié au printemps 2017 sur le site « Deník Referendum », sous le titre Falešné profily a nenávistné komentáře. Uhlobaron Tykač manipuluje propagandou.

Le dernier épisode de « Nedej se » (« Ne lâche pas », une émission d’investigation qui traite des questions environnementales) récemment diffusé à la télévision tchèque révélait que l’entreprise Severní energetická, qui appartient à Pavel Tykač [un milliardaire tchèque, ndlr] et Jan Dienstl, utilise de faux comptes Facebook et de faux blogueurs pour influencer l’opinion publique. Il apparaît ainsi que plusieurs agences de relations publiques travaillent à la propagande de l’industrie du charbon en République tchèque.

Severní energetická a commencé à se consacrer à une propagande ciblée sur l’énergie au charbon après avoir pris le contrôle des firmes issues de la défunte Compagnie du Charbon de Most. À ce moment, la firme de Tykač embaucha l’agence de RP Olmer Ad (alors encore sous le nom d’IDMZ), qui écrit sur sa page internet : « Nous avons donné une image plus positive au charbon, de son extraction à sa transformation. »

Severní energetická mène une série d’activités de RP avouées, ou pas. Graphique L. Hrábek.

Olmer AD ainsi que son agence-sœur, Talk PR, ont aussi participé au rebranding de la défunte mine de charbon de Litvnínov à Seven par Severní energetická en 2013 et elles éditent depuis lors son magazine « Septième Courant ». De plus, toujours dans l’intérêt de Severní energetická, ces agences participent à la gestion et à la préparation de contenu, graphiques et communiqués à destination de plusieurs sites (limity.cz, coaltv.cz, uhelnesafari.cz, mosteckeuhli.cz či 7procistyvzduch.cz). Elles gèrent aussi le profil Facebook de la centrale électrique de Chvaletice et s’occupent des communications de cette dernière par l’entremise de leur employé Petr Dušek. Finalement, elles possèdent le domaine « greenpiss » (officiellement enregistré au nom de leur employée Michaela Kuřátková) et gèrent le groupe du même nom sur Facebook.

Ce sont toutes des activités plus ou moins avouées par Severní energetická. Cependant, l’entreprise défend et propage aussi ses intérêts par des voies assez peu orthodoxes. En 2013, quand la compagnie retravaillait son image de marque, les premiers faux profils facebook ont fait leur apparition en ligne. Plus exactement en octobre (Jan FloriánJosef UrbanMiloš KrejčaAlena PráškováAleš Dobrovolný a Pavel Procházka), en novembre (Iva Rambousková) et en décembre (František HorákJan SvobodaTomáš KučeraMarie Pokorná a Miroslav Veselý).

Progressivement, cette ferme à trolls a vu émerger plus de vingt profils, avec généralement des noms typiquement tchèques, ne socialisant pratiquement qu’entre eux et partageant le même contenu. Comme photos de profil, ils utilisent en grande majorité des visages issus de photos beaucoup plus grandes – ce qui explique pourquoi elles sont d’une qualité aussi médiocre et que les gestes captés sont inachevés et sans sens. Il est plus difficile de trouver la source originale de ces images, mais il est prouvé que certaines ont été volées. Par exemple, la photographie du soi-disant Martin Rauš vient d’une page d’étudiants australiens. Et puis ici nous pouvons trouver comme photo de profil une photographie d‘un joueur de badminton du nom de Lin Dan, qui a un pull sur son visage.

Selon le spécialiste en réseaux sociaux Vojtěch Bednář, du groupe « Sociologue de firme », ces comptes satisfont les critères de faux profils. « Il y a plusieurs façons de reconnaître un faux profil : contacts impertinents, peu de contenu personnel, peu d’information, peu d’activité et l’impossibilité de trouver la personne en dehors du média social, une fausse photo de profil ou avatár, énumère Bednář.

Exceptionnellement, les faux comptes comptent de vrais personnes parmi leurs amis. Le plus intéressant de ces amis est sans aucun doute Petr Secký, gérant de l’agence de relations publiques Extender et assistant de l’adjoint à la mairesse de Prague, Petr Dolínek. Il compte parmi ses amis Martin Rauš, Miloš Krejča, Petr Novotný, Josef Němec, Jiří Vomáčka et Jiří Novák. Cette amitié Facebook n’est bien sûr par la preuve que l’agence Extender gère la ferme à trolls, mais si c’était le cas, cela expliquerait bien des choses. En effet, le co-propriétaire d’Extender n’est nul autre que Jiří Chvojka, qui était porte-parole l’Agence régulatrice d’énergie [d’Etat] à l’époque où des trolls défendaient les mesures de cette agence et de sa directrice Alena Vitásková.

Les faux trolls se sont joints à plusieurs discussions immédiatement après leur création, publiant des commentaires sous les articles concernant l’énergie ou les affaires de Pavel Tykač. La plupart des discussions sur internet sont actuellement réglementées et un compte sur Facebook a justement la possibilité de participer à la discussion sans avoir besoin de créer un nouveau profil. En pratique cela marche ainsi : par exemple un article sur Pavel Tykač sort sur Blesk.cz [site du très populaire tabloïd], sous lequel les profils de Jan Svoboda, Alena Prášková et Iva Rambousková répondent à chaque commentaire négatif. Et ces faux profils fonctionnent aussi de la même façon sous les articles sur l’énergie, où ils font la propagande du charbon et dénoncent les énergies renouvelables. Ils sont aussi actifs dans différentes discussions sur Facebook, où ils attaquent en masse les pages des organisations écologistes.

Je n’ai pas besoin d’électricité

Un commentaire peut causer bien du tort, comme l’illustre cette déclaration attribuée avec malveillance à l’ex-directrice de Greenpeace en Slovaquie, ĽubicaTrubíniová : « Je n’ai pas besoin d’électricité dans ma vie, je regarderai la télévision à la bougie ». L’hebdomadaire « Nový Profit » a violé tous les règles du journalisme lorsqu’il a publié le 4 avril 2011 ce commentaire non-vérifié. Il dût par la suite s’excuser pour la dissémination de ce mensonge. Ce mensonge aujourd’hui devenu mythique se propage encore malgré tout et est volontiers relayé, entre autres par Marcela Olmerová de l’agence de RP embauchée par Tykač. En vérité, l’auteur de cette amusante déclaration est le comédien et animateur américain George Gobel, mort en 1991, c’est-à-dire 10 ans [sic] avant que cette blague ne soit imputée à l’organisation Greenpeace.

Tout ça ne se limite pas aux commentaires. En 2014, plusieurs « personnes » avec de faux profils Facebook – Iva RambouskováJan Svoboda, et plus tard Pavel Dvořák – ont aussi activement blogué sur le site iDnes.cz. D’autres comptes Facebook ont aussi fleuri automatiquement depuis des profils de blogeurs, comme Martin RaušOlga VeseláDavid Beneš. Des vingt « amis » Facebook originels, un sur trois avait un blog sur l’un des portails tchèques les plus lus.

Les faux profils facebook avaient aussi leurs blogs sur iDnes.cz, l’un des portails tchèques les plus lus.

Par l’entremise de sa porte-parole Gabriela Sáričková-Benešová, Severní energetická a nié utiliser de faux profils et des trolls-internautes, bien qu’il découle clairement d’une analyse du contenu des blogs et commentaires sur internet qu’ils promeuvent tous la compagnie et son propriétaire Pavel Tykač. Voici grosso modo les sujets et les idées porteuses qu’on peut trouver chez ses « auteurs » et qui se répètent à l’envie :

  • Les limites d’extraction [du charbon] devraient être levées.
  • Le ministre des finances Andrej Babis est mauvais. Parce qu’il ne veut pas lever ces limites d’extraction.
  • Les sources renouvelables d’énergie sont mauvaises et chères.
  • La directrice de l’Agence de réglementation énergétique, Alena Vitásková, est gentille.
  • Le charbon est la seule source d’énergie bon marché, toutes les autres feront augmenter le prix du chauffage et de l’électricité.
  • Nous ne pouvons nous passer du charbon.
  • Les taxes sur l’extraction du charbon ne devraient pas être augmentées.
  • Il est bien que la centrale électrice de Chvaletice soit modernisée.
  • Bakala [autre oligarque tchèque] est mauvais, car il a détourné les fonds d’OKD [Ostravsko-karvinské doly – autre minière tchèque]. Tykač est bon, car il n’est pas comme Bakala.
  • Tykač n’a pas détourné les fonds de « Fonds C.S. ». Il est innocent.
  • Les activistes écologistes sont mauvais et mentent. Ce sont des éco-terroristes.

En tout, nous parlons d’environ une soixantaine d’entrées de blog rien que sur le serveur iDnes.cz, qui ont pu rejoindre des milliers de gens et influencer leur opinion. La dernière vague de création de profils Facebook liés au groupe de trolls démasqué a eu lieu en mars et avril de cette année (profils: Ivo Pešek, Erik Malý, Vladimír Pošík, František Kudrna, Marta Kučerová Ondřej Koníček, Eva Janků – photo volée, Pavel Kroupa, Jaroslav Hokynář, Robert Lochman, Aleš Javorský, Aleš Prchal et Jan Rychtář – photo volée), donc nous pouvons présumer que les instigateurs de la propagande du charbon planifient bientôt une nouvelle attaque. Au vu de l’actualité, nous pouvons par exemple penser à la préparation de la vente de la centrale électrique Počerady à Pavel Tykač.

Un cas spécial et même un atout dans la manche des sociéts de RP du charbon est le profil du soi-disant Jiří Rákos (renommé en Kvítek Medový, Fleur de Miel, après la diffusion de l’émission « Nedej se »). Celui-ci n’est pas ouvertement lié aux gens de la ferme à trolls de Tykač, est très actif dans les discussions et donne l’impression d’être une vraie personne. Sa photographie sur le blog iDnes.cz est aussi volée cependant. En effet, on y voit plutôt un certain John Seager Smith de la firme Excelian.

À l’Ouest, ce genre de pratiques de RP ont une plus longue tradition que chez nous, et c’est pour cela qu’on a inventé un mot spécial : l’astroturfing. L’astroturf  est une sorte particulière de faux gazon qui équipe les terrains de sport. Les firmes, les gouvernements et les organisations se servent de cette pratique pour donner l’impression que les citoyens ordinaires les soutiennent ou bien que ce ne sont pas eux, mais plutôt des associations citoyennes fictivies qui sont derrière un projet.

Certains textes de faux blogueurs  – par exemple les soi-disant Martina RaušeOlgy Veselé ou Pavla Dvořáka – ont été repris et cités sur le site d’information sur l’énergie iUhlí.cz. Selon l’ancien rédacteur en chef du site, Jaroslav Průcha, c’était sans mauvaise intention, du moins quand il y travaillait. « Ce n’était pas un concept. C’était tout simplement des textes ayant à voir avec le charbon. On n’écrit pas beaucoup sur le charbon, en plus il s’agissait de textes d’opinion », explique Průcha. Ses mots montrent bien que les spécialistes de RP qui gèrent les faux profils ont trouvé une niche sur le marché – les gens ne consacrent pas tellement de temps au sujet du charbon et ne le comprennent pas au point de pouvoir écrire dessus. Il est ensuite facile d’investir cette niche avec sa propre propagande.

La liberté de trollage sur iUhlí.cz

Il n’est cependant pas inintéressant de constater que, depuis sa création en 2014, le site iUhlí.cz gère aussi une agence de RP, la firme GoodCom. Sur la page internet de celle-ci, on n’y apprend pas grand chose, sinon « qu’elle prépare à ses clients des campagnes qui atteignent toujours leur but en utilisant des procédures standard et aussi moins habituelles. » En plus, nous savons que la propriétaire de l’agence n’est autre que Darja Elfmarková, la femme du fameux fraudeur, Miroslav Elfmark. Selon le registre du commerce, l‘agence lui est revenue peu avant son marriage avec Elfmark, même si elle y est encore sour son ancien nom de famille (Lipková). Cet ancien nom se retrouve aussi dans les médias en lien avec le site iUhlí.cz. Comme le magazine Reportér le rapportait, Elfmarková travaille maintenant à la ČVUT (École polytechnique tchèque à Prague), où, au nom de l’unviersité, elle a négocié signé plusieurs contrats avec Severní energetickou et sa firme soeur, la Centrale électrique de Chvaletice.

L’ancien rédacteur en chef Průcha nie avoir jamais vu la propriétaire du site Elfmarková alias Lipková. Il fut embauché à son poste par le gérant de GoodCom Jaromír Piskoř, ancien député et fonctionnaire du parti ODS (Parti Démocratique Citoyen, droite), qui, par hasard, connaît bien avec le surnommé Petr Secký de l’agence de RP Extender ; ils gèrent ensemble le site PolskoDnes.cz. Piskoř possèdait lui-même des parts dans l’agence GoodCom, au moment où, autre hasard, 25% des parts appartenaient à Jiří Chvojka d’Extender.

Průcha prétend qu’il était libre lors de son travail pour iUhlí.cz. « Comme rédacteur en chef, je choisissais les articles moi-même », a déclaré Průcha, précisant que seul lui et le graphiste avait accès au système de rédaction. Průcha est cependant parti en 2015 et à première vue il n’est pas facile de savoir qui l’a remplacé. Les articles sont aujourd’hui pour la plupart signés par « La Rédaction ». En juin 2016, plusieurs articles sont apparus sous les noms d’auteurs d’Olmer Ad, Petra Dušek et Marcela Olmerová, mais depuis lors, nous ne pouvons trouver d’articles de l’agence de RP officielle de Tykač, du moins pas officiellement signés. Piskoř n’a pas répondu à la question de qui gère désormais le site iUhlí.cz.

Que dire en conclusion ? Quand nous regardons les faux profils sur internet et les divers sites faisant la propagande de Severní energetická, ces activités ne se distinguent pas des activités des sites de désinformation russes ou des faux profils Facebook qui, selon le BIS (services de renseignements tchèques), mènent une guerre cybernétique et ont poussé le Ministère de la Défense à créer une Unité de combat contre la désinformation dans le cyber-espace.

Le secteur du charbon est considéré sous un mauvais jour partout dans le monde et il n’y a pas de quoi être surpris. L’extraction à ciel ouvert détruit le paysage, chasse les gens de leurs maisons et salit les environs avec la poussière. La consommation de charbon empoisonne l’air, rend malade et tue les gens. Les émissions de gaz à effet de sphère par les centrales électriques détruisent le climat mondial. Ce sont des faits simples et peu reluisants. Les riches corporations du monde, incluant la Severní energetická tchèque, s’offrent les services d’agences de relations publiques afin d’améliorer cette image négative. Et ce sont de grosses affaires dans ce domaine. En fait, les plus grosses affaires depuis le temps où plusieurs agences de RP prétendaient que fumer des cigarettes ne nuisait pas à la santé. C’est un peu comme la suite du film « Merci de fumer », sauf que cette fois-ci, la fumée ne sort pas des cigarettes mais bien des cheminées des centrales.

André Kapsas