La chasse aux tagueurs est ouverte

En marge de la réforme des retraites hier, une loi anti graffitis a été votée par le Parlement. Anecdotiques d'un point de vue expatrié peut-être, mais apparemment exaspérants pour certains habitants de Budapest, les tagueurs sont maintenant bel et bien dans la ligne de mire des autorités.  En tous cas, cette loi, qui prévoit jusqu'à un an de prison ferme pour les graffeurs sauvages est dans la veine "vieille école" des