Travaux forcés à perpétuité pour les mercenaires hongrois

Le procès des trois "Rambos magyars à Dakar" a bien eu lieu samedi. L'AFP rapportait hier qu'ils écopent de la peine maximale pour l'assassinat par étranglement de leur chauffeur sénégalais en 2006.
Tel est le verdict des Assises de Dakars pour les trois hongrois : "Travaux forcés à perpétuité" au Sénégal, qui entend donc bien utiliser les capacités physiques de ces anciens militaires hongrois reconvertis, selon l'accusation, en experts de guerre au service de différentes rébellions dans des zones de conflits privilégiées. Leurs avocats auraient plaidé l'appât du gain, pour expliquer qu'ils avaient quitté Budapest pour faire fortune dans les mines d'or et de diamants de Sierra Leone, pays lui-même "miné" par sa guerre civile longue d'une décennie, officiellement terminée en 2001. Pour atteindre leur but, tous les moyens auraient été bons, y compris le meurtre. On était alors loin de l'escapade "baba cool" des Martin Circus en Afrique occidentale . . .