Raz-de-marée français au lac Balaton

L’équipe de France de natation en eau libre s’est brillamment illustrée lors des épreuves du championnat du monde disputées au lac Balaton, plus précisément dans la station balnéaire de Balatonfüred. Avec quatre médailles d’or, une d’argent et une de bronze, les nageurs français finissent en tête du tableau des médailles dans cette discipline.

La date d’ouverture des championnats du monde de natation a t’elle inspiré les nageurs en eau libre français? On peut se le demander tant ceux-ci ont joué les premiers rôles lors des épreuves en eau libre des Championnats du Monde de natation à Balatonfüred.

Championnats du monde de natation : les Hongrois prêts à briller à domicile

Samedi 15 juillet, c’est tout d’abord Marc-Antoine Olivier, déjà médaillé de bronze sur 10 kilomètres aux Jeux Olympiques de Rio, qui s’est imposé sur le 5 kilomètres messieurs. Le lendemain, c’est autour d’Aurélie Muller, championne du monde en titre du 10 kilomètres dames, de conserver son bien. La nageuse de 27 ans -entraînée comme par Marc-Antoine Olivier par le célèbre Philippe Lucas, ancien mentor de Laure Manaudou- a d’autant plus savouré ce succès que celui-ci intervient presque un an après sa disqualification aux Jeux Olympiques (arrivée deuxième, elle avait été exclue de l’épreuve pour avoir bousculé une concurrente lors du sprint final pour la médaille d’argent).

Après une journée de repos, les nageurs ont replongé dans les eaux du Balaton le mardi 18 juillet pour le 10 kilomètres messieurs. Marc-Antoine Olivier s’est contenté cette fois-ci du bronze derrière le néerlandais Ferry Weertman, champion olympique en titre, et l’américain Jordan Wilimovsky. Il égale néanmoins son résultat de Rio, ce qui témoigne d’une belle régularité au plus haut niveau malgré son jeune âge (21 ans). Mercredi 19 juillet, Aurélie Muller était quant à elle à nouveau en lice lors du 5 kilomètres dames, qu’elle a fini à la deuxième place derrière l’américaine Ashley Twichell après avoir mené une grande partie de la course.

Jeudi 20 juillet, l’équipe de France, composée des jeunes Océane Cassignol (17 ans) et Logan Fontaine 18 ans et des inévitables Aurélie Muller et Marc-Antoine Olivier a continué sa moisson dorée en remportant la médaille d’or lors de l’épreuve de relais mixte (4 x 1250 mètres). Le vendredi 21 juillet marquait la fin des épreuves en eau libre avec les courses les plus longues, à savoir les 25 kilomètres messieurs et 25 kilomètres dames. Sur le 25 kilomètres messieurs, Axel Reymond s’est imposé de quelques secondes devant l’Italien Matteo Furlan et le Russe Evgenii Dratcev après plus de cinq heures d’effort. Logan Fontaine a quant à lui malheureusement dû abandonner à moins de 10 kilomètres de l’arrivé. Enfin, sur le 25 kilomètres dames, Aurélie Muller et Lara Grangeon ont décroché respectivement les 8ème et 13ème places.

L’équipe de France de natation en eau libre quitte donc les rives du Balaton avec 6 médailles (4 d’or, une d’argent et une de bronze) récoltées en 7 épreuves, ce qui lui vaut également d’occuper la place au tableau des médailles. Une telle performance est d’autant plus remarquable que la nation en eau libre française n’avait jusqu’à ce jour obtenu qu’un seul titre mondial, décroché par Aurélie Muller sur 10 kilomètres en 2015. C’est donc un début en fanfare pour la natation française, et la seconde semaine des championnats nous dira si les excellents résultats des “forçats” de l’eau libre ont inspiré leurs collègues des bassins.

Photo : FINA-budapest2017

Adrien Quéret-Podesta