Quand le porno amateur dérape à Budapest

La semaine dernière, accompagnée d'une équipe de télévision, la police a effectué une perquisition dans un studio pornographique clandestin, aménagé dans un appartement à Újpest.
La petite entreprise reposait en réalité sur un simple traquenard qui consistait à rabattre des femmes crédules et leur faire tourner des séquences "sado-masos" contre leur gré. Budapest, autrefois surnommée "capitale du porno", est elle aussi en proie à toutes les dérives du porno amateur numérique.

Quatorze individus ont été interpellés et trois d'entre eux sont aujourd'hui inculpés pour abus de confiance et traitement dégradant sur des personnes ignorant qu'elles allaient participer à des films sado-masochistes. La police a eu la puce à l'oreille après avoir reçu une lettre anonyme de la part d'une femme disant avoir répondu à une annonce pour faire des photos de charme. A aucun moment elle ne pensait qu'on allait l'obliger à des pratiques sexuelles devant une caméra. La lettre mentionnait un numéro de téléphone cellulaire. La police s'est rendue compte plus tard qu'une mère de sept enfants avait été ligotée et . . .