« Pourquoi nous ne devons pas nous allier au Jobbik »

La fragmentation de l'opposition de gauche en Hongrie laisse apparaître ce qui était autrefois inconcevable : une alliance "technique" avec le Jobbik pour mettre à bas le "système Fidesz" et Viktor Orbán. Pour cette ancienne dirigeante socialiste hongroise, tout pacte - même transitoire - avec l'extrême-droite aurait des conséquences désastreuses.


Tribune publiée le 3 juin 2017 dans Népszava sous le titre "Pourquoi pas avec le Jobbik...". Traduite du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.

Beaucoup parmi mes meilleurs amis, des esprits affûtés, la plupart intransigeants sur les libertés civiles, disent ceci : ne nous racontons pas d'histoire, l'opposition démocratique doit s'allier avec le Jobbik, car il n'y a mathématiquement aucune solution pour battre l'actuelle majorité. Si je commençais à bredouiller, je pourrais facilement être convertie : il ne faudrait être pragmatique que pour un temps ; le temps de voter une nouvelle loi électorale, de se choisir une nouvelle constitution, de changer la . . .

Ildikó Lendvai