Péter Farkas, bouc-émissaire de la lutte anti-drogue?

La Hongrie vient de demander à la principauté d'Andorre l'extradition de son champion olympique de lutte greco-romaine, Péter Farkas. La médiatisation de l'affaire et le verdict provoquent une remise en question de la politique anti-drogue en Hongrie et de son efficacité.
Il avait fui son pays lors de son premier jugement, en novembre 2008 pour culture de cannabis en grande quantité. Sous le coup d'un nouveau jugement par contumace à sept ans de prison fermes le 10 décembre dernier, il a été repéré et arrêté en Andorre, puis mis en détention depuis le 26 décembre. Le droit international stipule que la durée maximale de détention avant extradition est de 40 jours.

Avec les 7 ans fermes qui l'attendent en Hongrie, on comprend que le lutteur reconverti en trafiquant en herbe se sente mieux en compagnie des loups des Pyrénées. Peut-être sa cavale a t-elle alourdi sa peine, déja conséquente du fait de la quantité industrielle des plants retrouvés chez sa mère en 2004. Avec ce dernier verdict, à la hauteur de la médiatisation de l'affaire, le cas . . .