Orchestre symphonique MÁV : « Notre orchestre a une mission spéciale »

« Notre orchestre a une mission spéciale en offrant des concerts de qualité à un public moins fortuné ». Portrait de Péter Csaba, directeur artistique et chef de l’Orchestre Symphonique MÁV

Roumanie – France – Suède – Finlande – Espagne – Hongrie. Voilà quelques étapes importantes de la carrière du nouveau directeur artistique de l’Orchestre Symphonique MÁV de Budapest (les chemins de fer hongrois). Péter Csaba (60 ans) a commencé ses études de violon à Cluj avant de fréquenter le Conservatoire de Musique de Bucarest. En 1983 il a choisi de rester en France avec son frère, violoncelliste. Repéré par John Elliott Gardiner, directeur de l’Opéra de Lyon, Péter Csaba va travailler à l’Opéra et l’Orchestre National de Lyon. En même temps il développe sa carrière de soliste dans soixante-dix pays du monde et commence une importante carrière de chef d’orchestre en France et à l’étranger. Directeur artistique de l’Orchestre Symphonique de Besançon, il donne une dimension internationale à cet ensemble. Il est en charge de la classe d’orchestre du CNSM de Lyon.

Dès 1994, le jeune chef commence à travailler dans les pays nordiques. En Suède il dirige l’Orchestre Musica Vitae et le festival de Laponie. Il est l’auteur d’ un concept unique de présentation des jeunes talents avec des grands maîtres dans le cadre du festival Euro Musica Vitae. Ce projet a été développé avec la télévision publique suédoise et retransmis aussi par plusieurs télévisions européennes. Ses efforts et succès sont récompensés par l’Académie Royale de Suède qui l’élit en tant que membre en 2002. Cet honneur lui a été conféré pour le formidable développement de la vie musicale suédoise et pour ces grands succès de la défense de l’art de la musique. En Finlande, Péter Csaba travaille comme chef de l’Orchestre de chambre les Virtuosi di Kuhmo et dirige le festival de musique Kuhmo pour l’année 2000.

Après les paysages plutôt froids, le musicien se tourne vers des endroits plus chauds: des 2001 il devient directeur artistique de Encuentro de Música y Academia à Santander (Espagne), où il a continue de réaliser le concept créé en Suède d’accueillir des jeunes grands talents ensemble avec des maîtres de renommée mondiale. Pendant toute cette période, Csaba ne cesse d’enregistrer des CDs en tant que chef et en tant que violoniste. Grand voyageur, chef invité dans de nombreux pays, la vie artistique de Péter Csaba change profondément après la rencontre avec Gábor Takács-Nagy, violoniste mondialement connu et directeur artistique l’Orchestre Symphonique MÁV de Budapest et György Lendvai, directeur général de l’orchestre pendant laquelle ils lui demandent d’accepter le poste du directeur artistique et chef de l’ensemble  étant donné que Gábor Takács-Nagy accepte l’invitation de Budapest Festival Orchestra. Csaba demande un délai de réflexion.

« L’Orchestre Symphonique MÁV travaille dans de conditions difficiles mais je resterai exigeant sur le plan professionnel »

Lors d’un concert dans le bâtiment somptueux de l’Académie de Sciences de Hongrie, il regarde de son vestiaire le Danube, le pont des Chaînes et le Château de Buda et sa décision est prise : il accepte l’offre malgré des conditions difficiles matérielles de l’orchestre. « Quand j’ai vécu en Roumanie, la vie musicale hongroise me montrait toujours l’exemple. J’ai toujours considéré l’Académie de Musique Ferenc Liszt comme un temple de la musique et j’avais vraiment envie de travailler  avec des collègues hongrois. L’Orchestre Symphonique MÁV travaille dans de conditions difficiles mais je resterai exigeant sur le plan professionnel. L’ensemble doit trouver sa propre identité et diversifier son offre envers tous les publics en invitant avec des jeunes musiciens  et  des grands artistes reconnus Il faut aussi que cet orchestre ait une mission spéciale en offrant à un public moins fortuné des concerts de haute qualité. Par exemple, lors de nos prochains concerts du 22 et le 23 février, le pianiste hongrois très célèbre, Peter Frankl joue un concerto de Brahms à l’Institut Italien. J’ai fait un projet pour 5 ans, j’espère que le financement de l’orchestre nous permettra de réaliser le plupart de mes rêves » – nous dit Péter Csaba.