Viktor Orbán : « Quelque chose de similaire est en cours en France »

Dans la continuité de l'année qui s'écoule et qui a vu le Royaume-Uni choisir de quitter l'Union européenne et les États-Unis se choisir un Donald Trump pour président, le Premier ministre hongrois entrevoit de grands bouleversements politiques pour l'année à venir. Pour Viktor Orbán, le temps de la contre-révolution conservatrice et de la revanche du peuple contre les élites est arrivé.
Année 2017, année de la rébellion. Cela ne rime pas, mais qu'importe, c'est le vœu qu'a formulé le Premier ministre hongrois dans une interview au journal inféodé au pouvoir, 888.hu. Le vœu, ou plutôt la prédiction. M. Orbán se dit convaincu que 2017 sera « une année de rébellion intellectuelle des classes moyennes et des nations » contre « le politiquement correct, l'isolement forcé et la stigmatisation ».

Une année de rébellion des « Européens chrétiens et nationaux de notre espèce », contre les « forces libérales et globalistes qui entretiennent le . . .