M. Gyurcsány fait la grève de la faim devant le Parlement

Tard dans la nuit de dimanche à lundi, l’ancien Premier ministre de Hongrie, Ferenc Gyurcsány, a annoncé qu’il commençait une grève de la faim d’une semaine, pour protester contre la réforme du système électoral engagée par le gouvernement de coalition Fidesz – KDNP. Accompagné de quelques membres de son parti – « la Coalition Démocratique » (DK) – il est actuellement sous sa tente, plantée sur Kossuth tér à proximité du Parlement hongrois.

Pour Ferenc Gyurcsány, il s’agit officiellement de protester contre une « situation dramatique » pour la démocratie hongroise, à laquelle il faut répondre de façon tout aussi dramatique, « pour que la grande masse électorale muette puisse sortir de son apathie ». Au-delà des mots, il s’agit aussi et surtout de faire parler de lui et de son nouveau parti qui peine à décoller, crédité d’à peine 2% d’intentions de vote dans les sondages…

L’objet de cet énième « coup » médiatique de l’ancien Premier ministre socialiste hongrois est la réforme du système électoral, qui consiste à introduire l’inscription préalable des électeurs pour chaque élection, et notamment pour les prochaines législatives prévues aux mois d’avril – mai 2014. Selon M. Gyurcsány, cette mesure exclurait des « centaines de milliers, voire des millions d’électeurs ». « Si un citoyen décidait de se rendre aux urnes deux jours avant l’élection, il serait inacceptable qu’il ne soit pas autorisé à voter » a-t-il ajouté.

La semaine dernière, les chefs des groupes parlementaires de la Fidesz et des démocrates chrétiens ont décidé qu’il ne s’agirait pas d’établir une liste officielle d’électeurs, mais d’inviter les électeurs à s’inscrire pour l’élection avant d’aller voter. La période prévue pour l’inscription irait de septembre 2013 à quinze jours avant le scrutin du premier tour en 2014.

Cette réforme intervient au moment où les indécis sont largement majoritaires dans les sondages. Depuis plusieurs mois, les différentes enquêtes d’opinion montrent que plus de la moitié des électeurs s’abstiendraient aux élections. Dans l’opposition, les cadres du parti socialiste (MSzP) ont récemment proposé le vote obligatoire comme solution au désaveu dont les partis politiques hongrois sont actuellement victimes. A la mi-mandat du gouvernement de Viktor Orbán, la Fidesz (parti conservateur au pouvoir) reste toutefois en tête parmi les Hongrois qui expriment leur intention d’aller voter, tandis que le MSzP la suit de plus en plus près (34% des intentions de vote pour le MSzP contre 40% pour la Fidesz en septembre).

Bon appétit M. Gyurcsány !

Depuis lundi matin, selon l’agence de presse nationale MTI, quelques dizaines de sympathisants ont rejoint la manifestation de Ferenc Gyurcsány. MTI note également que les manifestants sont « équipés de haut-parleurs qui diffusent de la musique ».

Si depuis plus d’un an les sans-abris qui squattent l’espace public budapestois s’exposent à des contraventions ou à des peines d’emprisonnement, on pouvait s’attendre à ce que Ferenc Gyurcsány et ses amis écopent au moins d’une amende pour leur démonstration « dramatique ». Ainsi, mardi, les autorités du Parlement ont décidé de condamner l’ancien Premier ministre et trois de ses fidèles à… 132 000 forints d’amende, soit 463 euros chacun pour occupation illégale de la place Kossuth. Une bagatelle pour Ferenc Gyurcsány, qui compte parmi les plus grandes fortunes de Hongrie. Au vu de la misère sociale qui gagne « la masse électorale muette » qu’il prétend défendre, le ridicule ne tue pas l’ex-Premier ministre.

Ce happening pourrait peut-être trouver un écho à l’international, mais en Hongrie, l’action de DK suscite surtout la moquerie de la part des médias, y compris de la presse libérale dite « de gauche ». Parmi les humoristes, le parti politique alternatif KKP (Kétfarkú KutyaPárt – Parti du chien à deux queues) a d’ailleurs déjà réagi. Bien connu à Budapest pour son goût pour l’absurde et pour le situationnisme, le KKP organisera un grand pique-nique aux côtés des grévistes de la faim, vendredi à 18h30.

Crédit photo : origo.hu

Articles liés :

Sondage : la Fidesz toujours devant, les abstentionnistes en majorité absolue

Gyurcsany à Miskolc : rencontre du troisième type

1500 adhérents quittent le MSZP pour rallier le nouveau parti de Gyurcsány

Gyurcsány quitte enfin le MSzP

Un procès qui renforcerait Gyurcsany ?

Gyurcsány marque des points au sein du parti socialiste

Ferenc Gyurcsány, « le cul entre deux chaises »

Chez les socialistes, le patron c’est Gyurcsany

Gyurcsany s’entête à vouloir réincarner l’opposition

La commission électorale rejète le référendum proposé par les socialistes

La gauche se rebiffe en «Orbanie» !

M. Gyurcsany appelle à un référendum contre la future Constitution