Le populisme attaque le système judiciaire en Pologne, sous couvert d’anti-communisme

En Hongrie, le Premier ministre, Viktor Orban, disposait en 2011 de la majorité parlementaire pour modifier la «Loi Fondamentale», la constitution hongroise. En Pologne, son collègue autoritaire Jarosław Kaczyński, lui, n’a pas de majorité suffisante pour changer la Constitution. Ce qui ne l’empêche pas de modifier le système politique selon ses désirs.

Depuis que le parti conservateur Droit et Justice est arrivé au pouvoir, remportant la présidentielle et les législatives en 2015, il a considérablement étendu sa capacité à changer le pays en fonction de la vision illibérale de son chef, Jarosław Kaczyński . . .