Le bac en Roumanie révélateur d’un système éducatif en crise

"Désastre", "catastrophe", "carnage". En Roumanie, la parution des résultats du bac a fait l'effet d'un tremblement de terre. Selon les chiffres provisoires publiés le 3 juillet dernier, le taux de réussite a chuté à 44,7% en 2011. Sur plus de 200 000 candidats, moins d'un sur deux se verra donc décerner le titre de bachelier cette année. Tandis que le déroulement de cet examen en France a été entaché par la publication sur internet de l'un des exercices de mathématiques, le gouvernement roumain, de son côté, a utilisé les grands moyens pour lutter contre la fraude.

Eduquer pour lutter contre la fraude et la corruption

Dans un pays classé au 69e rang sur 178 selon l'indice de perception de la corruption établi par l'ONG Transparency International (la France est 25ème, la Hongrie 50ème), le jeune ministre de l'Education Daniel Funeriu nommé en décembre 2009 a fait de la lutte contre la corruption et la fraude dans le système éducatif et universitaire l'une de ses priorités, quitte à sacrifier quelques générations de bacheliers. Le taux de . . .