L’artiste hongroise Anna Ádám expose au Salon de Montrouge

Rendez-vous incontournable de l’art contemporain, le 59e Salon de Montrouge réunit cette année les œuvres de 72 artistes de la scène internationale en début de carrière, sélectionnés parmi plus de 3100 dossiers. Anna Ádám est la seule hongroise en lice. La dernière fois qu’un artiste hongrois a pu y exposer était en 2011, avec Marcell Esterházy. Vous avez jusqu’au 28 mai pour en profiter !

« Cherchant à renouer avec une histoire plus complexe que celle que les médias et politiciens veulent bien communiquer, Anna Ádám revisite les images du passé et les mécanismes de la mémoire. Mêlant la photographie à la couture ou à la vidéo, elle adopte une approche documentaire qui tente de renouer la grande et la petite histoire, accueille la parole d’individus, explore le phénomène de conversion brutale auquel sont soumis les pays de l’ex-bloc soviétique », écrit sur son travail Mathilde Villeneuve.

Pour le 59e Salon de Montrouge Anna Ádám présente trois projets (une vidéo, une installation textile et une série de photographies brodées) à l’intersection de l’histoire personnelle et collective, qui en se nourrissant du passé, des histoires singulières et subjectives des « Autes », proposent des alternatives aux stratégies de (re)présentation officielles. Pourtant, à travers le passé, Anna Ádám parle profondément du présent, ses projets portent une réflexion sur des problématiques politiques contemporains, notamment hongroises. Dans sa vidéo Comme si… elle s’intéresse à la question de savoir comment parler de l’Histoire à travers l’oubli. Comment l’oubli peut-il parler de l’Histoire ou faire parler l’Histoire ? Au cœur des polémiques liées à la commémoration du 70e anniversaire de la Shoah, la vidéo traite cet événement historique à travers l’absence de la mémoire et la présence d’une douleur extrême.

Dans Mapping Memories Anna Ádám rassemble, à travers des récits, anecdotes des habitants, des modifications urbaines et architecturales majeures qu’ont subi certaines villes anciennement soviétiques (Budapest, Berlin, Vilnius, Tbilissi, Erevan…) depuis l’Indépendance, afin d’élaborer une série de cartes spatio-temporelles subjectives. Dans le cadre d’un projet collaboratif, ces cartes sonores en tissu seront ensuite « activées » par la danseuse-chorégraphe Sally O’Neill. La carte qu’elle présente au Salon de Montrouge restitue le 4e arrondissement de Budapest, ses « mutations » et transformations majeures dans les 25 dernières années.

Mapping Memories Budapest, 4e arrondissement (Újpest), par Vera Koczkás « Nous avons habité au 115 rue Árpád, dans un immeuble de 5 étages, au croisement de deux autres rues : rue Virág, qui donnait sur la rue Váci, et rue Rózsa, qui partait dans l’autre sens. Aujourd’hui, à cet endroit, il y a une cité. » (Extrait) 2014 Broderie sur tissu Format variable © Anna Ádám
Mapping Memories Budapest, 4e arrondissement (Újpest), par Vera Koczkás « Nous avons habité au 115 rue Árpád, dans un immeuble de 5 étages, au croisement de deux autres rues : rue Virág, qui donnait sur la rue Váci, et rue Rózsa, qui partait dans l’autre sens. Aujourd’hui, à cet endroit, il y a une cité. » (Extrait) 2014 / Broderie sur tissu / Format variable / © Anna Ádám

« Le textile, c’est à la fois le lien et le liant, à la fois support « d’écriture », surface de projection et matière souple à modeler, à sculpter in-situ, directement sur le mur des espaces d’exposition. Dans Mapping Memories et Re-Play ! je fais un travail « d’écriture » avec le fil. A travers le jeu de l’aiguille, les trajectoires sur la carte et les personnages-motifs sur les photos sont constamment dans un état d’entre-deux : entre apparition et disparition. Au lieu de les figer, je les mets en mouvement. La broderie donne aussi du relief, elle ramène la photographie conventionnellement bidimensionnelle dans le registre de l’objet », explique-t-elle.

Dans Re-Play !, elle met en scène des personnages brodés sur des photographies d’archives noir et blanc. Ces espaces véhiculent à la fois l’absence, le vide, la solitude et l’ennui silencieux dans des lieux publics hongrois (hôtel, cinéma, restaurant…) chargés d’Histoire et d’histoires.

Re-Play_14
Re-Play ! 2013-2014 / Broderie sur photographie / 18 x 27 cm / © Anna Ádám

Salon de Montrouge

  • Du 30 avril au 28 mai 2014
  • 7 / 7 j 
De 12h à 19h au Beffroi de Montrouge
  • M4 – Mairie de Montrouge
  • Entrée libre

Anna Ádám

  • mail@annaadam.net
  • www.annaadam.net
  • Prochaine exposition : Musée d’Art Moderne d’Erevan, Arménie, à partir du 3 août 2014.