La mauvaise herbe du Mékong en banlieue de Budapest

Il y a quelques jours, le portail d'informations hongrois Index proposait un petit "topo" sur les narco-trafiquants Vietnamiens en Hongrie. En 2009, la police hongroise a débusqué 32 plantations de cannabis, rien qu'à Budapest. Les appartements, équipés pour la culture intensive, étaient occupés exclusivement par des Vietnamiens.
La police estime qu'il en existe encore beaucoup d'autres, à Budapest et ailleurs en Hongrie. Ce coup de pied dans la fourmilière a d'ailleurs provoqué un phénomène migratoire de ces clandestins asiatiques vers l'Est du pays. D’après Norbert Rodler, de la BRFK, spécialisé dans la lutte anti-drogue, "les Vietnamiens" ont la main mise sur le marché de l'herbe en Hongrie. Les pionniers du trafic avaient commencé très fort, en vendant de l’héroïne dans la rue, mais ils se sont vite aperçus que l'herbe allait vite devenir une valeur sûre et beaucoup plus lucrative sur ce terrain, assez novice en la matière. A partir de là, "l'herbe vietnamienne" s'est produite de façon industrielle, tout en obtenant une qualité rivalisant avec les espèces hollandaises de . . .