Castration du quatrième pouvoir en Hongrie : le jour J

Mise à jour : C'est aujourd'hui, lundi 20 décembre, que le Parlement hongrois doit voter le texte de loi clôturant une vaste réforme du secteur des médias, perçue par l'ensemble des journalistes et éditeurs, en Hongrie et à l'étranger, comme une grave atteinte à la liberté de la presse.

Après avoir refusé de corriger un article paru en fin de semaine dernière, commentant la fonction d'Annamária Szalai, présidente du Conseil national des Médias (CNM), le journal Népszabadság s'est immédiatement attiré les menaces de l'autorité. Si la réforme des médias hongrois était déjà en place, le premier quotidien libéral de Hongrie (comprendre "social -libéral") serait sous le coup d'une amende de plusieurs dizaines de millions de forints et aurait déjà mis la clé sous la porte.

Dans le différend qui oppose la rédaction de Népszabadsag et le Conseil National des Médias (Médiatanács), on assiste à un véritable cas d'école pour . . .

François Gaillard