Jobbik craint des fraudes électorales

Le parti d’extrême-droite a annoncé hier 1er avril, par la voix de Janos Volner, son intention de mettre en place un système parallèle de comptabilisation des votes et d’envoyer des militants dans tous les bureaux de vote du pays lors des deux tours des législatives, les 11 et 25 avril. Le Jobbik estime qu’il est scandaleux que la société mandatée pour développer le programme informatique qui effectue la création des listes électorales soit une société « fondée par des membres du personnel du ministère de l’intérieur« . Selon Janos Volner, la menace viendrait des socialistes, « Le seul parti qui aurait à gagner d’une falsification des résultats. »

Corentin Léotard