Décortiquer les peurs et les préjugés d’un laissé-pour-compte européen

Les vagues de l’immigration affluant vers l’Europe ont réveillé les vieux démons aux quatre coins du vieux continent. Le nouveau repli nationaliste nourri par la peur de l’Étranger n’a pas encore trouvé d’écho en littérature qui manque de recul par rapport à l’histoire, toujours en cours. Cependant, il y a quelques exceptions ; parmi les plus réussies, on pourrait citer le roman Avenue Nationale du Tchèque Jaroslav Rudiš.

Le récit, écrit à la première personne, met en scène un antihéros presque «parfait». Ce quadragénaire pragois, peintre en bâtiment, a connu la drogue, la prison et, aujourd’hui, il habite seul un studio dans une tour en béton de la banlieue nord de Prague. Ce laissé-pour-compte du jeune capitalisme tchèque passe ses soirées dans un bar de quartier où il s’ennuie joyeusement en compagnie de ses pairs.

Quels sont ses dadas ? À part un amour pour la bière – alliance pas très exclusive, chez un Tchèque – ainsi que pour la Myslivec, une liqueur locale bas de gamme, il aime faire des pompes et étudie l’histoire . . .

Martin Daneš