Menace législative sur l’avortement en Pologne

Une pétition d’associations « pro-vie », signée par 500 000 personnes, invite le Parlement polonais à revoir la loi sur l’avortement.

Si le Parlement adopte la proposition de loi soumise au vote ce 22 septembre, l’avortement sera alors complètement interdit en Pologne. Le texte prévoit également des peines d’emprisonnement pour les femmes qui avortent et les personnes qui pratiquent l’IVG, ainsi que l’obligation pour l’État de venir en aide aux femmes ayant des enfants handicapés ou nés d’un viol.

La proposition est le fruit d’une pétition lancée par le comité pro-vie «Stop aborcji», qui a récolté 500 000 signatures – quand 100 000 suffisait pour que le texte soit porté au Parlement. La loi actuelle est  pourtant l’une des plus restrictives en Europe. Issue d’un compromis entre tous les partis en 1993, elle autorise l’IVG dans trois cas : risque pour la santé de la mère, grave pathologie de l’embryon et grossesse résultant d’un viol.

L’ultraconservateur et catholique parti PiS, qui dispose de la majorité au Parlement, n’a pas donné de consignes de vote. En effet, certains de ses dirigeants se montrent déjà satisfaits de la loi actuellement en vigueur.

IVG en Pologne : « Un retour à l’enfer pour les femmes »

Justine Salvestroni