Hongrie : un pays se lève pour dire qu’il en a marre

Au-delà sur sort de l'Université d'Europe centrale (CEU), de nombreux Hongrois sont allés manifester pour exprimer leur opposition à Viktor Orbán. Selon l'auteur de la tribune, le Premier ministre hongrois et le Fidesz au pouvoir ont la responsabilité de jouer la désescalade, avant que la situation ne dégénère dans le pays.


Tribune publiée le 9 avril 2017 dans Kettős

András Jámbor