Viktor Orbán : « La Hongrie n’est pas un pays d’immigration »

Dans une lettre adressée au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a pointé du doigt le passé colonial des pays d'Europe de l'Ouest pour justifier son refus des quotas de demandeurs d'asile établis par l'Union européenne.

Jean-Claude Juncker a vivement rejeté la demande du gouvernement hongrois de se faire rembourser la moitié des 800 millions d'euros qu'ont coûté la construction des clôtures destinées à stopper les migrants clandestins aux frontières méridionales du pays. "La solidarité n'est pas une voie à sens unique [...] et la solidarité n'est pas un plat à la carte", a sèchement opposé le président de la Commission européenne dans une lettre adressée le 5 septembre à Viktor Orbán . . .