Georgie : effets pervers de la propagande anti russe décomplexée

Samedi dernier n'était pourtant pas le 1er avril. A Tbilissi ce week-end, la chaîne privée géorgienne Imedi (espoir) a fait la démonstration inédite et bien malgré elle du dérapage qu'occasionne souvent la propagande dans ce pays, depuis sa guerre contre les Russes il y a deux ans.
Croyant pourtant bien faire avec un exercice catastrophiste de simulation de l'annonce d'une nouvelle "invasion russe" dans le Caucase, son émission d'actualités du samedi soir a provoqué des réactions spontanées extrêmes dans tout le pays, et une

François Gaillard