Retraites : la Fidesz gagne son pari du « tout public »

Seuls 102.000 cotisants, soit un peu plus de 3% d’un total de 3,1 millions de personnes, ont décidé de rester fidèle à leur caisse de retraite privée, selon les chiffres définitifs communiqués par l’Administration centrale de l’assurance-pension nationale (ONYF). Sur ce "coup" jugé communiste par certains, le gouvernement fait sauter la banque et permet de renflouer les caisses de l'Etat avec une rentrée estimée à 2500 milliards de forints (9 milliards 270 millions d'euros