En Europe centrale, la Russie cherche à accélérer le déclin américain

Un quart de siècle après que l'Union soviétique se soit retirée des pays d'Europe centrale et orientale, la Russie de Vladimir Poutine use de moyens d'influence plus subtiles pour faire son retour dans un espace désormais partie intégrante de l'Union européenne et protégé par l'Otan. Le point de vue de Péter Krekó, directeur d'un think tank libéral et atlantiste.
Pensez-vous que l'on assiste à l'émergence d'un soft power centre-européen ? Comment se manifeste-t-elle ?
Je pense que, de plus en plus, l'Europe centrale prend conscience que le soft power est un outil important. Les dernières annonces concernant la création d’une chaîne de télévision Visegrád sur les modèles d'Al-Jazeera et de Russia Today sont en ce sens révélatrices. Récemment, Orbán et Kaczinsky ont déclaré à Krynica qu'ils voulaient mener une "contre-révolution" à Bruxelles – ce qui implique un soft power. D'une manière générale, il y a une tentative, en particulier du . . .

Abonnez-vous à Hulala

1€ le premier mois
puis à partir de 
2€50/mois
sans engagement de durée