Attentats anti-Roms, que fait la police ?

Hier soir, un homme d'origine rom a été tué par des coups de fusil dans le Nord-Est de la Hongrie. La police enquête, mais n'a pas encore reconnu officiellement le meurtre.
Le 9 avril, c'était l'immeuble d'une représentante de la communauté tzigane de Tatárszentgyörgy - village malheureusement connu pour ses nombreuses attaques contre les Roms - qui a été ravagé par un incendie. Aucune victime, mais l'acte a été cette fois jugé criminel par la police. Quelques semaines plus tôt, ce même village fût le théâtre morbide d'assassinats à l'encontre d'une famille tzigane, et personne n'a encore été inquiété. Les nombreuses violences impunies dont la communauté rom hongroise fait les frais depuis des mois choquent de plus en plus l'opinion publique et commencent, petit-à-petit, à concerner les autorités.

Hier soir vers 21h30, un tzigane de 53 ans est abattu lorsqu'il quitte son domicile du village de Tiszalök pour se rendre au travail. Selon les témoins, un individu blanc de grande taille l'attendait devant sa maison dans un véhicule noir à vitres teintées. Muni d'un fusil . . .

François Gaillard