Le gouvernement polonais refuse l’accueil de dix orphelins syriens

La radio polonaise Radio Tok FM a révélé vendredi 3 février que les conservateurs au pouvoir avaient refusé l’accueil de dix orphelins syriens. La ville de Sopot, au nord de la Pologne, avait demandé au gouvernement de Beata Szydło d’accueillir les dix jeunes habitants d’Alep, alors assiégée.

C’est le maire de Sopot, Jacek Karnowski, qui a médiatisé le refus de sa demande. Le porte-parole du gouvernement l’a justifié par la difficulté logistique d’acheminer les enfants, ainsi que par l’argument sécuritaire, en évoquant les « difficultés pour établir leur identité afin d’éliminer la menace terroriste ».




De plus, le gouvernement affirme que la mention de dix enfants n’avait pas été faite et que seule celle de « réfugiés » avait été clairement exprimée. Jacek Karnowski a affirmé que cette déclaration était fausse. Selon lui, le message était tout à fait clair, mais le gouvernement y a répondu par une lettre de refus « sans âme ».

Des citoyens polonais ont lancé une pétition en ligne pour dénoncer cette décision gouvernementale et faire accepter l’accueil des dix orphelins. Appelant aux valeurs chrétiennes du gouvernement et rejetant l’éventualité d’un potentiel danger venant de ces enfants, plus de six mille personnes ont signé en deux jours.

Yohan Poncet