Deux suspects dans les « commandos » anti-Roms

Selon József Bencze, chef de la police nationale hongroise, ce sont des traces ADN retrouvées sur les lieux d'un des récents crimes à l'encontre de victimes tziganes qui pourraient aujourd'hui confondre deux individus déjà fichés à la police. Après le nouveau meurtre par balles de mercredi dernier et sous la pression croissante des ONG pour les droits des Roms, la police semble être enfin dans l'obligation de fournir des résultats dans ces enquêtes.
Premier signe de la bonne volonté des autorités, la prime aux infos significatives concernant les assassinats

François Gaillard