Au-delà du « moment Momentum »

Ni de droite, ni de gauche ? Car la gauche ne serait pas assez nationale ? Amis de Momentum, ayez un discours un peu plus novateur...

Tribune de Árpád Tóta W., publiée 7 mars 2017 dans HVG sous le titre "Moment, bitte" ("Un moment, s'il vous plait"). Traduite du hongrois par Ludovic Lepeltier-Kutasi.

Nos jeux olympiques ont filé sous notre nez à toute berzingue, crachons derrière le passage de cette connerie à étages et soyons reconnaissants envers ceux qui ont compromis leur organisation. Mais la reconnaissance n'est pas un chèque en blanc et encore moins un ticket gratuit.

(adsbygoogle = window.adsbygoogle || []).push({});

"Nous devons dépasser le clivage gauche-droite qui a structuré le XXe siècle, dans la mesure où il n'y a pas de place pour l'idée de solidarité à droite et aucun imaginaire national positif à gauche". Le ton était donné lors du discours inaugural triomphant du Mouvement Momentum (MoMo) et je dois dire qu'à ce moment là je ne m'en suis pas beaucoup préoccupé ; je me suis dit qu'ils ont prononcé quelque chose de travers . . .