Poutine confirme le prêt russe pour l’agrandissement de la centrale de Paks

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et le président russe Vladimir Poutine ont tenu ensemble une conférence de presse ce jeudi après-midi à Budapest.

Lors de cette conférence de presse, les deux dirigeants ont insisté sur leur volonté de renforcer les échanges entre les deux pays. Viktor Orbán a une nouvelle fois plaidé pour l’amélioration des relations entre l’Europe et la Russie, considérant que le nouvel environnement géopolitique offrait de meilleures perspectives [entendre, l’arrivée de Trump à la Maison Blanche].




Conscient que chaque pays devait jouer un rôle « proportionnel à son importance », Viktor Orbán a tenu à se positionner comme l’avocat des intérêts de la Hongrie. Rejetant de ce fait les récentes critiques de l’opposition quant à la poussée des intérêts de Moscou dans la vie politique et médiatique hongroise. Le chef d’État russe et le Premier ministre hongrois ont centré leur communication sur les dossiers communs : le prêt russe garantissant 80% du financement de l’agrandissement de la centrale nucléaire de Paks, l’approvisionnement de la Hongrie en matières premières « quelles qu’en soient les voies », ainsi que la crise ukrainienne. Partisan d’une levée des sanctions européennes, Viktor Orbán a rappelé son attachement formel au protocole de Minsk et au cessez-le-feu entre l’armée régulière d’Ukraine et les séparatistes.

Il semble, M. Poutine comme M. Orbán, ont tenu à présenter la relation russo-hongroise – décrié par nombre de dirigeants européens – comme une relation bilatérale normalisée. Il est à noter que ni l’un ni l’autre n’ont tenu de propos provocateurs à l’encontre de l’Union européenne.

Viktor Orbán et Vladimir Poutine une nouvelle fois unis à Budapest