Budapest s’est aussi mobilisée pour le climat en amont de la COP21

Dimanche 29 Novembre s’est tenue à Budapest, comme dans 57 autres villes à travers le monde, une Marche Mondiale pour le Climat. Ces mobilisations citoyennes en marge de la COP21 qui se déroule à Paris du 30 novembre au 11 décembre ont pour but de faire réagir les responsables politiques présents lors de ce sommet sur le climat et de leur signifier les inquiétudes de la société civile en matière de réchauffement climatique.

COP21
Mot d’ordre de la manifestation : le renouvellement par les énergies propres est 100% possible ! (Crédit Photo : Dániel Alföldi)

Ainsi, ce sont plusieurs centaines personnes qui se sont réunies dans la capitale hongroise ce week-end avec la ferme intention d’apporter leur contribution active à la mobilisation mondiale. Selon les organisateurs de la marche, ce chiffre apparemment modeste représenterait pourtant un bon taux de participation, si l’on considère que la COP21 ne retient pas beaucoup l’attention médiatique en Hongrie. Ainsi, le fait que le domaine public soit peu touché expliquerait que la société soit difficilement mobilisable pour des manifestations associées.

Il est à cet effet important de noter que la marche relève d’une initiative citoyenne, exempte de toute représentation partisane ou prise de position politique. D’après l’attachée de presse de la manifestation, Boglàrka Farkas, l’événement portait le message que les Hongrois ont la conviction que des décisions durables et positives seront prises à Paris et qu’elles seront bénéfiques non seulement à la Hongrie mais à l’Europe toute entière. Dans le cadre de cette manifestation, une pétition comportant les grandes recommandations des organisateurs a été rédigée en direction de la classe dirigeante.

Les feuilles aux couleurs automnales brandies par les manifestants symbolisaient une véritable lettre ouverte envoyée à la délégation hongroise et aux chefs d’État présents au Sommet de Paris (Crédit Photo : Dániel Alföldi).
Les feuilles aux couleurs automnales brandies par les manifestants symbolisaient une véritable lettre ouverte envoyée à la délégation hongroise et aux chefs d’État présents au Sommet de Paris (Crédit Photo : Dániel Alföldi).

« Par notre manifestation en ce jour, nous avons montré qu’à la place des mots, nous attendons des actions concrètes également de la part des décideurs politiques ! Aujourd’hui, nous avons, tous ensemble, envoyé le message à notre délégation hongroise à Paris, de se battre pour la réalisation d’un accord juste et global; mais aussi que nos politiques représentent en Hongrie l’importance de l’efficacité énergétique et de l’utilisation des sources d’énergies renouvelables »,

a déclaré Bence Gosztonyi, le principal organisateur de l’action civile de Budapest.

Toutefois, si l’on considère les prises de position de Viktor Orbàn en matière d’écologie, on peut émettre un sérieux doute sur la réalisation concrète de ces recommandations. En effet, le gouvernement hongrois est accusé par le LMP (Lehet Màs a Politika), le parti écologiste affilié au Parti vert Européen, d’immobilisme en matière de décisions concrètes concernant l’environnement.

Selon la porte-parole du parti, Bernadett Szél, « la position du gouvernement hongrois est que le pays a déjà réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 36%. De ce fait, ses dirigeants ne souhaitent pas prendre de nouvelles mesures ». Néanmoins, ces chiffres dateraient des années 1990, à la chute du communisme en Hongrie et à la fin de l’industrie lourde, donc le gouvernement actuel n’en serait pas responsable.

« On ne peut pas se cacher simplement derrières les chiffres, il s’agit de faire de réels pas en avant en matière de développement durable, parce que c’est l’intérêt de la Hongrie, indépendamment des accords internationaux »,

affirme encore Bernadett Szél qui attend du gouvernement hongrois qu’il prenne de réelles mesures allant dans le sens d’avancées effectives dans l’amélioration de l’efficacité énergétique et dans le domaine des énergies renouvelables. Elle ajoute qu’ « avec les programmes d’efficacité énergétique, nous pourrions créer de nouveaux emplois, tout en réduisant la dépendance du pays ».

Pour ce qui est de la Hongrie et de sa participation à la COP21, son poids économique est éclipsé par d’autres pays présents au sommet comme l’Allemagne ou la France. Ainsi, il est clair que sa contribution aux engagements de l’Union Européenne de réduire de 40% son émission de gaz à effet de serre restera modeste.

Cependant, le Hongrie ne peut pas rester en dehors de ce mouvement écologique mondial et c’est bien ce à quoi veillent les bénévoles, les représentants d’organisations environnementales tels que Greenpeace Hungary, certains partis politiques avec en première ligne le LMP ou encore la société civile comme vient d’en témoigner la mobilisation à Budapest.

Par Suzanne Tisserand.