A Budapest, Vladimir Poutine sifflé par les opposants de Viktor Orbán

A l’occasion de la venue hier du Président russe Vladimir Poutine au Parlement hongrois, une manifestation s’est tenue dans la soirée à proximité de la gare Nyugati de Budapest. Les manifestants, armés de sifflets et de bannières, ont exprimé leur mécontentement envers le gouvernement de Viktor Orbán et de sa proximité avec la Russie.

Budapest – La manifestation a été organisée à l’initiative du parti de centre-gauche Ensemble (Együtt) et de son président Péter Juhász. Si plus de 500 personnes avaient indiqué participer au rassemblement sur Facebook, à peine la moitié d’entre elles étaient à constater devant une tribune montée pour l’occasion. Dès l’après-midi, à chaque passage du convoi diplomatique transportant Vladimir Poutine, les manifestants huaient à coup de sifflets, haut-parleurs et cornes. L’impressionnant déploiement des forces de l’ordre n’a pas empêché les manifestants de se faire entendre jusqu’à des centaines de mètres à la ronde. À 18h, Péter Juhász a pris la parole devant les personnes présentes, encourageant les sifflements et les applaudissements.




Une manifestante : « Je ne souhaite pas qu’Orbán stoppe toute relation avec la Russie mais que les relations entre la Hongrie et la Russie deviennent normales et ne bénéficient pas d’un statut spécial ». Selon elle, le premier ministre hongrois « est en train de s’enliser dans une alliance unilatérale. L’économie, les ressources, le commerce : Il y’a comme un contrat d’exclusivité avec la Russie ». « Je participe à toutes les manifestations visant à critiquer le gouvernement Orbán », commente une autre personne présente. « A mes yeux ce gouvernement est en train de nous enterrer dans une dictature comme en Russie. C’est d’ailleurs pour ça qu’il se rapproche autant de Vladimir Poutine » a-t-elle enfin affirmé.

"1989 - 2017 : Viktor t'es qu'un traître"
« 1989 – 2017 : Viktor t’es qu’un traître »

La visite de Vladimir Poutine portait notamment sur le projet d’agrandissement de la centrale nucléaire Paks 2, financement qui a finalement été confirmé par le président russe. D’autres points étaient également évoqués lors de la conférence de presse, comme le gazoduc Nord Stream et les sanctions internationales contre la Russie dans la crise ukrainienne. Des manifestants ukrainiens ou du moins pro-Ukraine étaient d’ailleurs présents lors du rassemblement anti-Orbán, lesquels arboraient un drapeau jaune et bleu.

Le parti Ensemble a appelé ses partisans à manifester de nouveau avec sifflets et cornes de brume le 10 février prochain au bazar du Château, lors du traditionnel discours de Viktor Orbán sur l’état du pays.

Viktor Orbán et Vladimir Poutine une nouvelle fois unis à Budapest

Yohan Poncet