Budapest : bientôt une nouvelle synagogue sur les bords du Danube

Forte d’une petite dizaine de synagogues réparties dans toute la ville, la communauté juive de Budapest vient d’annoncer l’ouverture d’un nouveau lieu de culte dans le treizième arrondissement, au bord du Danube. Les travaux devraient s’achever en 2017.

11533675_349241141e65a26754ad96b6f231dd37_wm
Projet (crédit : EMIH).

C’est un petit événement qui ne passe pas tout à fait inaperçu : dans un an devraient ouvrir à Budapest une synagogue et un centre culturel juif de plus de plus de 2000 m². Outre son dimensionnement, ce qui fait date, c’est qu’il s’agira de la première synagogue inaugurée dans la capitale hongroise depuis la Seconde guerre mondiale. La nouvelle ne devrait pas pour autant modifier le paysage de la ville, dans la mesure où le Zsilip, d’après le nom donné au projet, devrait trouver sa place dans un édifice existant : l’îlot regroupant les « maisons Palatinus », à deux pas de Jászai Mari tér et du pont Marguerite.

ungarische_bauzeitung_1901_105
Le projet de synagogue sur Markó utca (1901)

Le choix de cette implantation n’est pas le fait du hasard. Le quartier d’Újlipótváros, situé dans la partie sud du treizième arrondissement, est connu pour héberger une communauté juive historique, sauvée en grande partie de la déportation par l’activisme des diplomates Raoul Wallenberg, Giorgio Perlasca et Carl Lutz. Malgré l’importance numérique des Juifs, on n’y dénombrait jusqu’à présent que deux petites synagogues, celles de Hegedűs Gyula utca et de Visegrádi utca. A la fin du XIXe siècle, c’est d’ailleurs à quelques rues de Jászai Mari tér qu’aurait due être bâtie la Grande synagogue de Markó utca, laquelle aurait pu, par son gigantisme, damner le pion à l’actuelle Grande synagogue de Dohány utca, pourtant déjà la plus vaste d’Europe !

Le projet de nouveau de lieu de culte est porté par l’EMIH, acronyme de la Communauté israélite unie de Hongrie, une organisation d’obédience Status quo ante, située quelque part entre les libéraux néologues et les Juifs ultra-orthodoxes. Si l’ouverture d’une synagogue dans le treizième arrondissement semble relever de la logique des choses, l’implantation d’un lieu de culte tenu par un courant traditionaliste dans un bastion libéral pose en revanche question. L’EMIH semble en tout cas avoir le vent en poupe, si l’on en croit la rénovation récente de la synagogue d’Óbuda, dirigée par Slomó Köves, par ailleurs à la tête de l’organisation. La nouvelle de la future synagogue doit sans doute faire les affaire du Fidesz, dans la mesure où la proximité entre les organisations est ancienne et faite de renvois d’ascenseurs.

Les travaux d’aménagement devraient commencer sous peu. Prévue à l’horizon 2017, l’ouverture de la synagogue s’accompagnera de l’installation d’un glacier-pâtissier et d’un restaurant casher, comme le relèvent nos confrères d’Index.hu.

Ludovic Lepeltier-Kutasi