Les plus beaux bastions de la Hongrie communiste

[…] En lisant des journaux une nouvelle a attiré mon attention : quand on a changé le nom de Volgograd à Stalingrad, les habitants en ont décidé par plébiscite. Mon petit cahier fantastique, apparu en tant que supplément du magazine Képes Újság, qui était censé rendre la population heureuse à cette époque, m’est tout de suite venu à l’esprit. Le titre de ce cahier était Kis Képes Krónika, Magyar városok 1981; je l’ai retrouvé. Les images de temps en temps en noir et blanc, de temps en temps en couleur mate ont fait surgir mes souvenirs de la construction des villes socialistes, d’où vient l’idée de rédiger cet article.

Extraits de l’article A legfinomabb válogatás: A szocializmus fellegvárai publié le 21 juin 2014 sur le blog Vidékimagyaroszág. Traduits par Ádám Fáczán.
Salgótarján

Salgótarján, le chef-lieu de département existe depuis le Honfoglalás (conquête de la patrie) mais comme nous allons le voir dans les cas des autres villes, ce sont les gisements minéraux qui lui ont permis de sortir de l’ombre. Malgré le fait que Salgótarján est une ville depuis 1922, c’est l’économie planifiée qui a suscité les changements les plus importants. A l’époque de l’urbanisme moderne, elle a été un exemple pour toute l’Europe. L’image du centre-ville a été caractérisée par des immeubles de plusieurs étages, tel le Karancs Szálló, qui ont gratté le ciel de la réalité hongroise. L’usine des bocaux et l’usine de four Karancs étaient deux piliers particulièrement importants de son industrie à l’échelle nationale.

Ajka

Ajka (ville depuis 1922) se trouve dans la vallée de la forêt pittoresque de Bakony qui s’ouvre sur le Kisalföld (petite plaine de Hongrie). Bien que dans cette ville historique, on ait découvert plusieurs vestiges de l’époque romaine et illyrienne, Ajka n’a émergé qu’après la découverte des gisements minéraux dans les environs. Grâce à ses mines de bauxite et à son usine d’aluminium, elle est devenue l’un des plaques tournantes de l’industrie hongroise ; sa population a doublé. Le centre-ville de cette ville d’une population de 30 000 personnes a été rénové dans les années 1970.  Outre l’usine d’aluminium, c’est le cristal d’Ajka qui est le produit le plus important dans la gamme des marchandises hongroises.

Komló

Les premières traces évoquent Komló comme l’un des villages du comté Baranya du royaume de Hongrie. Vraisemblablement, elle s’est peuplée pendant l’ère des Árpád. Komló a acquis le statut de  ville après la première journée des mineurs, organisée en 1951 par le conseil municipal. A cette époque, à part l’exploitation de charbon, la ville était connue pour son initiative de « petit jardin des ouvriers » selon laquelle la majorité de la population travaillant dans l’industrie pouvait passer les 8 heures de repos (après les  heures de travail) dans son petit jardin. […]

Oroszlány

La ville d’Oroszlány se trouve sur la territoire de l’ancien clan Csák. Il est probable qu’elle a reçu son nom après le zèbre, l’animal héraldique de la famille. Haha, non, plutôt du lion [oroszlán en hongrois, N. du T.]… L’histoire est toujours la même : charbon, mines, industrie lourde. Quand on pense à Oroszlány, tout le monde a une image en tête : une ville grise, fortement artificielle, pleine d’HLM. Je souhaiterais ici dissiper cette idée ; les grandes usines qui auraient pu détruire le décor imposant sont cachées par les collines de Vértes, et les HLM ont été décorées par des peintures lors les années soixante. […]

Kazincbarcika
Un immeuble du programme KolorCity à Kazincbarcika

Un immeuble du programme KolorCity à Kazincbarcika

Kazincbarcika, la plaque tournante de la région industrielle de Borsod, est née de la fusion de deux villes : d’une part la ville agraire de Sajókazinc, d’autre part la ville de Barcika qui a disposé de mines de charbon à ciel ouvert au 19e siècle. Bien que sa centrale thermique soit construite bien avant la régence de Miklós Horthy, le développement de la ville ne s’est intensifié qu’après les années cinquante. La ville a parcouru un chemin qui ressemble fortement à celui d’Oroszlány. Toutes les deux villes ont obtenu le titre de ville en 1954 ; pendant cette période la population de la ville a été multipliée par six. Son installation industrielle la plus connue est le Borsodi Vegyi Művek qui porte le nom BorsodChem aujourd’hui. De nos jours, la ville et surtout les blocs d’HLM ont pris beaucoup de couleur, grâce au programme KolorCity Kazincbarcika. C’est impressionnant.

Tiszaújváros

Autrement dit Leninváros. La Hongrie était le seul pays satellite de l’Union Soviétique à avoir honoré M. Vladimir Oulianov nommer une ville d’après lui. Tiszaújváros est une ville depuis 1966 ; sur les cartes, on la trouve sous son nom original Tiszaszederkény jusqu’à 1970. Elle était toujours l’une des villes hongroises les plus viables, même si depuis le changement de régime, elle a perdu son importance dans le CAEM. Malgré cela, elle ne perd rien de sa position plus développée. Son installation industrielle la plus connue est le Tiszai Vegyi Kombinát. En se balladant autour du lac du centre-ville, il est intéressant d’observer la façon dont la ville est construite. Quand on marche sur la place de l’ancienne statue de Lénine (la statue n’est plus là), une sorte de monumentalisme nous envahit ; il nous fait penser que l’individu n’est qu’un petit rouage dans le grand mécanisme du monde idéalisé.

Aujourd’hui Tiszaújváros nous évoque non pas Lénine, mais plutôt les vacances et l’écotourisme. Elle est le nouveau miracle naturel de la Hongrie; une station importante de la région touristique de Tisza-tó.

Dunaújváros

La ville de Dunaújváros, la capitale industrielle de la Hongrie, autrefois appelée Sztálinváros, a été construite en une seule année.

Tout comme l’Angleterre d’aujourd’hui, Dunaújváros était l’eldorado pour beaucoup de gens à l’époque. Presque tout le monde connaissait quelque’un qui s’y est installé pour travailler. En s’approchant de la ville, on apperçoit tout de suite les cheminées fumantes robustes de Vasmű, qui nous font penser que la dictature a réalisé un projet grandiose. […]

La ville d’aujourd’hui est bien structurée, au nord se trouve la partie Dunapentele classique, qui était une ville de défense (Intercisa) importante dans l’Empire romain. Après la chute de l’Empire romain, on l’évoque sous le nom de Pentele. Pentele a été nommée en l’honneur du patron de l’abbaye Szent Pantaleon qui se trouvait ici. Au sud de Dunapentele se trouve le Újváros, soigneusement planifié, et plus au nord se trouve l’installation industrielle Dunai Vasmű (ISD Dunaferr Zrt.) qui embauche la population. La population de la ville a atteint son point culminant dans les années quatre-vingt avec 61 000 personnes. Dunaújváros est l’une des villes les plus importantes de Mezőföld.

Savais-tu que, selon le premier projet, Sztalinvaros aurait été construite près de Mohács ? C’est à cause du fait que les relations entre la Hongrie et la Yougoslavie se sont dégradées que l’on a désigné Dunapentele comme le nouveau lieu de construction. […]