Gordon à New York, la suite

Mercredi, après avoir siégé à la 64ème Assemblée Générale des Nations Unies, le Premier ministre hongrois Gordon Bajnai donnait une conférence ouverte au public à l'université Columbia, pour expliquer la situation économique actuelle de la Hongrie. Auparavant,  il a rencontré le Secrétaire général de l'ONU Ban ki-Moon, la direction des banques JP Morgan et Citigroup, et bien sûr "l'oncle Sam" d'origine hongroise, l'investisseur George Soros.

"La Hongrie a de nouveau gagné la confiance des marchés et prouve encore qu'elle est un pays économiquement viable" a affirmé le Premier ministre devant un auditoire composé d'une petite centaine de personnes, majoritairement des intellectuels hongrois vivant aux Etats-Unis. Il a cependant déclaré que le plus gros défi des Hongrois est de se relancer sur le marché du travail (un Hongrois sur deux est aujourd'hui "officiellement" sans emploi). En comparant la crise actuelle à un tsunami dans lequel "meurent ceux qui ne peuvent se raccrocher à rien", Bajnai a mis l'accent sur le renforcement du système social et de ses bases : travail et . . .

François Gaillard