Un Ours pour Béla Tarr ?

Par Marguerite Hubsch

Le dernier film du réalisateur hongrois Béla Tarr, A Torinói Ló (Le Cheval de Turin), est à l’affiche du 61ème festival du Film de Berlin jusqu’au 20 février.

Source : www.berlinale.de

L’histoire se passe dans la ville italienne à la fin du 19ème siècle. Nietzsche court au secours d’un cheval brutalisé par son cocher. Suite à cet événement, le philosophe perd connaissance puis tombe dans le mutisme et met fin à ses écrits. Ce film dramatique évoque une marche vers le néant – qui dure six jours – en retraçant la destinée du cocher, de sa fille et du cheval.

Selon Béla Tarr lui-même – connu pour ses films hors-norme – il pourrait s’agir de sa dernière réalisation, reconnaissant que ce genre de cinéma n’est plus tellement bien accueilli par le public. A Torinói Ló, pellicule en noir et blanc, lent et très épuré, ne comporte que très peu de dialogue. Il faut s’accrocher pour aller jusqu’au bout ! Le cinéaste hongrois reste toutefois apprécié sur la scène festivalière, la Berlinale attribuera t’elle l’Ours d’Or, ou d’Argent, au « Cheval » ?

Site officiel du Festival de Berlin

Article lié :

Les cinéastes hongrois craignent pour la diversité de leur art

Cinéma : un film français, roumain et hongrois à l’affiche

Une étoile du 7ème art hongrois s’est éteinte

Des nouveaux studios de cinéma à Budapest

2 Commentaires
  1. L’histoire ne se passe pas dans la ville italienne. Si vous aviez vu le film, vous auriez vu une ferme à la campagne et rien de plus.
    L’évocation de Turin et de Nietsche n’apparaît que dans le prologue.

  2. c’est bien ca le problème, un film de Béla Tarr de se “voit” pas, il se songe après le premier plan séquence, long de 20 minutes, lorsqu’on est déja bien endormi :)

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publié.

Vous devez utiliser ces codes et attributs HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>