Les socialistes hongrois peaufinent leur stratégie pour dévisser Viktor Orbán

Après plusieurs semaines de confusion entre László Botka et la direction du MSzP, c’est finalement le maire de Szeged qui va prendre la main dans les tractations entre le Parti socialiste et les autres formations de gauche.

László Botka s’est vu confier hier la gestion des négociations entre le Parti socialiste hongrois (MSzP) et les différents partis de gauche. Cette décision de la direction socialiste clôt ainsi deux semaines de tension entre le parti à l’œillet et son candidat, lequel souhaitait entamer au plus vite le travail de rassemblement de l’opposition progressiste. Elle confirme également l’abandon définitif de l’idée de primaire qui commençait pourtant à faire consensus ces derniers mois.

László Botka s’est félicité de cette issue et a déclaré vouloir commencer les pourparlers au plus vite avec la Coalition démocratique (DK) ainsi qu’Ensemble (Együtt) et Dialogue (Párbeszéd). Selon Index.hu, le candidat socialiste devra gérer le cas très délicat de Ferenc Gyurcsány, ancien premier ministre MSzP et fondateur de DK. Cette personnalité décriée, tenue pour beaucoup comme le responsable de la déroute de la gauche face à Viktor Orbán, misait jusqu’à présent sur l’absence de leadership socialiste pour revenir dans l’arène politique. La désignation du très populaire maire de Szeged László Botka change radicalement la donne, d’autant que ce dernier ne cache pas sa volonté de renouveler l’offre et le personnel politique de la gauche.

Pour 2018, les socialistes hongrois ont trouvé leur candidat providentiel

Les discussions entre les différents partis et le candidat du MSzP vont se dérouler à huis-clos de façon à ne pas alimenter le feuilleton des divisions de l’opposition. La confirmation de László Botka par les socialistes signifie également que ces derniers se sont finalement ralliés aux conditions fixées par le maire de Szeged en décembre dernier : l’union de la gauche autour d’un projet politique commun ainsi qu’une répartition des candidats dans les circonscriptions qui se fasse au cas par cas, indépendamment des appartenances partisanes. László Botka ne cache pas ses velléités de recomposition du paysage politique hongrois autour d’un nouveau grand parti de gauche. Son mot d’ordre, ainsi que celui de sa campagne, devrait être celui d’une « nouvelle justice sociale » pour la Hongrie.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Doctorant

Directeur de la publication de Hulala. Doctorant en géographie (Université François-Rabelais, UMR CITERES/associé au Centre de recherches en sciences sociales (CEFRES) de Prague).