En Slovaquie, « faire société » autour d’un kebab

En réponse à un appel au boycott des kebabs apparu sur les réseaux sociaux, des jeunes Hongrois de Slovaquie se sont mobilisés en faveur du dialogue interculturel… en faisant la tournée des restaurants turcs de Dunajská Streda.

Le 7 janvier dernier, un appel au boycott des kebabs a été lancé sur la page Facebook des DAC Yellow Blue, le club de supporteurs du DAC Dunajská Streda, l’équipe de football de la capitale de la minorité hongroise de Slovaquie. Dans la veine du tournant xénophobe du Fidesz au pouvoir en Hongrie voisine, le message appelait à « cesser toute action qui pourrait passer pour un soutien à l’Islam » en visant notamment les glaciers d’ex-Yougoslavie ainsi que les vendeurs de kebab, originaires des Balkans ou de Turquie.

En réponse à cette campagne « comprise » par le Parti de la communauté hongroise (SMK-MKP), son rival Most-Híd a effectué hier une « tournée des kebabs » dans le centre-ville de Dunajská Streda. Selon le parti progressiste, épaulé par sa formation de jeunesse Iuven, l’objectif était de montrer que les kebabs créaient également de l’emploi dans la région. La tournée a rassemblée notamment Ábel Ravasz et Konrád Rigó, tous deux membres du gouvernement, ainsi qu’une petite dizaine de jeunes militants de Most-Híd. L’initiative a été plutôt bien accueillie par les clients, et a ouvert le débat sur les réseaux sociaux.

Ábel Ravasz a déclaré à Új szó « avoir été surpris par cet appel au boycott, parce que ce n’est pas une bonne chose de distinguer les gens selon leur nationalité ou le lieu de leur naissance », explicitant « ne pas être d’accord avec des appels de ce genre ». Celui qui est également secrétaire d’État à la minorité rom a par ailleurs rappelé sa volonté de vivre dans une société « où tous les citoyens sont considérés de la même manière ».

Source : Új szó

Sur les musulmans, le gouvernement slovaque souffle le chaud et le froid

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Doctorant

Directeur de la publication de Hulala. Doctorant en géographie (Université François-Rabelais, UMR CITERES/associé au Centre de recherches en sciences sociales (CEFRES) de Prague).