Sándor Képiró, l’ancien Nazi de nouveau devant la justice

Par Swan Min-Tung

Ce criminel de guerre nazi de 97 ans, l’un des derniers, se présente aujourd’hui jeudi devant le tribunal de Budapest.

Il arrive d’être rattrapé par son passé. Selon RTBF, le tribunal hongrois jugera Sándor Képíró pour complicité d’actes de crimes de guerre et de l’exécution sommaire de civils en tant que commandant d’une patrouille, dans le Nord de la Serbie en 1942. Il ne sera donc pas jugé pour les 1200 personnes qui sont mortes lors de cette terrible nuit, mais pour 36 d’entre elles… 200 patrouilles faisaient parties des assassins, Képíró était à la tête d’une seule d’entre elles.

Néanmoins, il continu de clamer son innocence. Hu-lala se souvient que lors de son premier jugement Képiro affirme avoir demandé une preuve écrite de l’ordre donné par son commandant. Aujourd’hui encore, c’est sa seule ligne de défense face à l’accusation d’avoir pris l’initiative isolée d’organiser des rafles meurtrières massives. Une défense assurée par la Fondation nationale légale dont le directeur est aussi député de Jobbik.

Alors qu’il vivait tranquillement dans le 2ème arrondissement de Budapest, Sándor Képíró s’est vu déranger en 2008 par la justice hongroise, plus particulièrement par le procureur serbe Vladimir Vukcevic a précisé dernièrement MTI. Le « chasseur de nazi » Efraïm Zuroff, directeur du centre Simon Wiesenthal à Jérusalem, rêvait de l’amener devant la justice pour le massacre de Novi Sad, au Nord de la Serbie, en 1942. Déjà jugé et condamné par deux fois  en 1944 et 1946, cet ancien capitaine de police meurtrier n’a jamais purgé ses peines.