Rencontre avec la chanteuse Boggie

Entre deux concerts à Paris et à Vienne, nous avons rencontré Boglarka Csemer, alias Boggie, une jeune chanteuse hongroise qui chante aussi en français (écouter son titre Je veux l’aventure à la fin de l’interview). Boggie prépare la sortie de son premier album, au printemps.

Il n’est pas commun de trouver des artistes hongrois chantant en français. Comment en es-tu arrivé à cela ?

Je suis tombée amoureuse de la musique française à l’âge de 18 ans et cela ne m’a jamais quitté depuis. J’ai appris le français au lycée puis à l’université et j’ai passé un an à Paris comme jeune fille aupair.

Je me souviens quand j’ai commencé à écouter Édith Piaf, Jacques Brel, Yves Montand, Aznavour… J’adore cette période de la chanson française. Je me sens vraiment proche d’eux, de leur présence sur scène, de leurs yeux ouverts en chantant… Ils ont beaucoup de valeurs que je ne retrouve pas vraiment dans les artistes d’aujourd’hui.

Quand j’écris les paroles pour mes compositions, je ne réfléchis pas. Parfois j’écris en français, parfois en hongrois. Il n’y a pas de recette. C’est une motivation qui vient de mon cœur, pas de ma tête.

Est-ce que tu envisages d’aller donner des concerts en France ? Où est-ce que tu rêverais de te produire ?

A l’Olympia, bien sûr !:-):-) L’un de mes projets pour cette année est de faire une petite tournée en France. J’ai eu la possibilité de me présenter sur la scène de Sunset & Sunside à Paris l’année dernière. Cela reste un souvenir inoubliable et important de ma vie. J’espère que j’aurai d’autres possibilités de chanter ailleurs en France.

Tu chantes professionnellement depuis 3 ans. Quels ont été les moments les plus marqants de ce début de carrière ?

Tous mes concerts, un prix spécial de la Fédération du Jazz Hongrois à la compétition de la radio « JAZZY 2011 » pour ma composition « Japánkert », l’invitation dans les rangs du jury du Concours de la Chanson Française 2012 qui a été organisée par l’Institut Français de Budapest, le concert de Paris dans le club Sunset&Sunside, l’enregistrement de mon premier album… plein de choses:-)

As-tu l’impression de suivre un chemin différents des autres ? Je pense par exemple à ce virage de style que tu as osé faire au début de ta carrière. Tu ne trouves pas qu’aujourd’hui il faut vraiment oser faire n’importe quoi sur scène pour devenir populaire ?

Je pense que chaque artiste suit son propre chemin mais ce ne pas facile de le retrouver. Je suis sûre que, par mes propres compositions, je suis plus personnelle qu’avant. C’est bien de chanter des reprises au début, mais après il faut trouver sa voie. Si tu composes des chansons, si tu écris tes paroles, tu deviens de plus en plus intime, plus vraie. Et le public le sent.

En ce qui concerne ton autre question, je ne crois pas aux recettes. Je crois à la force de la personnalité, dans les propres pensées et surtout à l’authentitité. Il est plus important pour moi de me sentir à l’aise sur scène, avec mes défauts et mes qualités, que d’imiter quelqu’un d’autre qui est peut-être plus célèbre que moi. La célébrité ne m’intéresse pas. Je n’aime pas mesurer les uns aux autres, chacun a son chemin. La popularité est quelque chose de nécessaire pour bien réussir ta vie mais c’est un but factice.

Propos recueillis par Genovéva Petrovits

Page Facebook de Boggie