Orbán veut une police forte pour sauver la Hongrie « au bord de l’abîme »

Le premier ministre hongrois a réaffirmé sa volonté de « rétablir l’ordre et la sécurité » dans un pays « au bord de l’abîme« , au cours d’un discours devant 1.800 nouveaux agents de police, dimanche sur la place des Héros à Budapest, a rapporté MTI.

En guise de discours de bienvenue, les 1.800 nouvelles recrues, désignées comme « la nouvelle génération d’officiers de police« , ont eu droit à un discours du premier ministre pour le moins catastrophiste. »La Hongrie est au bord de l’abîme : son économie est faible, le travail honnête n’est pas respecté, une grande partie des familles sont pauvres et vivent au jour le jour, et le taux de criminalité est élevé« .

« Votre profession est en pleine transformation. Lorsque les changements seront complets, votre situation, votre réputation, la rémunération de votre travail et votre niveau de vie seront grandement améliorés« , leur a-t-il promis néanmoins.

Le 20 août 2009 au Gödör Klub (HU-lala)

Cela n’a pu échapper à quiconque tant la visibilité de la « Rendörség » a été renforcée ces dernières semaines, le gouvernement s’est donné pour mission de « rétablir l’ordre public et la sécurité » en Hongrie, comme l’a martelé le premier ministre Orban hier. Et ce n’est pas fini car le ministère de l’Intérieur envisage de recruter quelques 2.400 policiers de plus d’ici à la mi-2012.

Un peu moins d’une année plus tôt, le 12 avril 2010, au soir de la grande victoire de la Fidesz aux élections législatives, Viktor Orban déclarait : « Je sais au plus profond de mon cœur que je me tiens devant la plus importante tâche de ma vie. Nous savons que les attentes sont énormes et nous sommes prêt à y répondre […] Le peuple a voté pour l’unité, l’ordre et la sécurité« .

Articles liés :

La fin de l’insouciance des nuits budapestoises ?

Emission du 5 février sur Tilos Radio : les clubs s’organisent

Budapest serre la vis à ses noctambules

Un « deuil » un peu spécial

« L’unité, l’ordre et la sécurité » : « V » comme Viktor

L’ordre et la sécurité, mais pas ceux de la Magyar Garda

Entre les Hongrois et leurs institutions, la confiance ne règne pas !

Jobbik repart en campagne

Aux armes et cætera…