Manifestation à Budapest contre les mesures «anti-pauvres»

Jeudi soir, environ cent manifestants se sont rassemblés à Budapest pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme une politique « anti-pauvres » menée par le gouvernement hongrois.

Ils étaient quelques dizaines de personnes dans le centre de la capitale au coin de Baross utca et du Nagy Körut à exprimer leur colère contre les politiques mises en place par le gouvernement et la municipalité à l’encontre des plus démunis, aux cris de “a szegények nem bűnözők” (les pauvres ne sont pas des criminels),”a törvény a gazdagoké” (la loi est pour les riches), et “a város mindenkié” (la ville est à tout le monde). Depuis son arrivée à la mairie, le conservateur Istvan Tarlos, a pris plusieurs mesures “d’urbanisme” qui, dans les faits, permettent à la police de harceler les sans-abris : loi sur “l’usage inapproprié des espaces publics”, interdiction de fumer et boire de l’alcool dans les souterrains, et interdiction de “faire les poubelles”.

Budapest, le 10 mars 2011 (HU-lala)

Rapidement, quelques policiers ont été dépêchés sur place pour interpeller les manifestants qui ont symboliquement commencé à « faire les poubelles », un geste illégal depuis peu à Budapest. Plusieurs d’entre eux ont été arrêtés puis conduits et retenus au poste de police local pendant quelques heures.

Le recensement des sans-abris effectué le 3 février dernier et publié il y a quelques jours indique que près de 8.000 personnes sont sans-abris à Budapest et environ 30.000 dans l’ensemble de la Hongrie.

Articles liés :

Le maire de Budapest s’adresse aux sans-abris « hors-la-loi »

Le cauchemar des clochards continue

La loi d’urbanisme qui rend les sans-abris insomniaques

1 commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publié.

Vous devez utiliser ces codes et attributs HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>