L'extrême droite fait son Sziget

La semaine précédant le plus que fameux Sziget festival (« Festival de l’Ile »), l’extrême droite hongroise organise son propre Sziget, le Magyar Sziget. Il faut entendre par-là « L’île hongroise » ou le « Sziget hongrois », Sziget étant devenu une marque à part entière.

Leur site présente ce festival comme étant le plus gros « évènement patriotique » de Hongrie et propose aux éventuels intéressés de « passer une semaine avec des gens qui ont les mêmes idées ».

Un festival idéologique ?

Le festival rassemble différentes délégations européennes désignées comme « patriotiques ». Des délégations d’organisations identitaires de plusieurs pays d’Europe (Pologne, Espagne, Croatie, France entre autre) sont attendues en tant que visiteurs, parfois en tant qu’acteurs, puisque le festival, outre des concerts qui débuteront en début d’après midi, proposera plusieurs conférences chaque matin. Le festival est organisé par le HVIM, mouvement d’extrême droite dont la principale revendication est la révision du Traité de Trianon. Rappellons que ce traité a amputé la « Grande Hongrie », en 1920, d’une partie de son territoire. Ce mouvement est connu en Hongrie pour avoir, en 2006, lors des émeutes anti-gouvernementales, été à la tête d’actions qui ont mené à l’occupation du bâtiment de la télévision nationale MTV.

Le Magyar Sziget ne se déroulera pas dans une île comme son nom pourrait l’indiquer, mais dans la ville de Veröce, à quelques kilomètres au nord de Vác. L’enceinte du festival ouvrira ses portes le 4 août et sera démontée le 11, un jour avant l’autre « Sziget ». Afin de s’assurer, peut-être, que les identitaires qui le souhaitent puissent aller voir Placebo, Prodigy et bien sûr Ska-P!

Articles liés:

Sziget vaut encore le voyage

Sziget: le jour « 0 » anti-racisme met les pieds dans le plat

Sziget, on t’aime quand même!

Le festival des blancs sème la terreur