La manif’ de l’opéra vue par la télévision publique hongroise

« Les médias publics sont de plus en plus un outil de propagande au service du pouvoir », a déclaré le journaliste hongrois Attila Mong, ce mercredi dans le journal de 13h de France Inter. Effectivement, alors que les chaînes de télévision privées – Hir TV, ATV… – diffusaient en direct lundi soir les images de dizaines de milliers de manifestants massés sur l’avenue Andrassy de Budapest, la télévision publique MTV interviewait son journaliste très en marge du rassemblement, laissant à voir à ses téléspectateurs une avenue quasi-déserte.

Voici le montage photo qui circule en ce moment sur la toile et qui met en exergue le contraste entre deux pays : à gauche celui de Viktor Orban où règne l’ordre et la paix sociale tels que le rapportent les médias publics, et à droite celui de ses opposants qui réclament « le retour de la République ».

Cela en dit long sur le fossé qui se creuse entre le gouvernement et l’opposition et sur la perte de confiance d’une partie de la population hongroise vis-à-vis de l’Etat, dont l’appareil est quasi entièrement aux mains de la Fidesz.

L'info selon MTVA

Balazs Nagy Navarro – responsable du syndicat des personnels de la télévision publique – ainsi que 3 autres journalistes ont commencé une grève de la faim le 10 décembre, à la suite d’une manipulation médiatique : dans un reportage diffusé le 3 décembre, le visage de l’ancien président de la Cour suprême Zoltan Lomnici, farouche opposant au pouvoir, avait été dissimulé pour qu’il n’apparaisse pas à l’écran à côté de la personne interviewée.