La Magyar Garda a sa pornstar !

L’extrême-droite hongroise est décidément de plus en plus sexy. Après les frasques extraconjugales de Gabor Vona, leader de Jobbik, et les aventures canadiennes de son porte-parole Andras Kiraly à la Gay Pride de Toronto (viré depuis, bien entendu), c’est un membre de la Magyar Garda qui s’illustre par sa vie disons…dissolue. Le blog de Radics Béla sur Hirszerzö avait déjà levé l’affaire en septembre dernier, mais c’est à Velvet.hu qu’on lui doit son retentissement actuel. Un retentissement d’ailleurs très à propos, à deux petites semaines du 1er tour des élections législatives où l’extrême-droite prétend a un beau score.

En fait il s’agit non pas d’un, mais d’UNE membre de la Garda, en la personne de Nikolett Müller. Si ce nom ne vous dit rien, c’est que vous n’êtes amateur ni de l’extrême-droite…ni de porno. Car le métier de cette blonde qui n’a pas encore fêté son 26è anniversaire (mais le titre de cet article a déjà vendu la mèche), c’est de tourner des films classés X. Elle en est, dit-on, a déjà plus de cent cinquante et elle alimente en parallèle un site porno, dont la dernière mise à jour date de décembre 2009.

Tout ce que Nikolett entreprend, elle le fait à fond. Son engagement aux côtés de diverses associations d’extrême-droite est total. Sa condamnation par les tribunaux des XXè, XXIè et XXIIIè arrondissements à verser 30.000 HUF,  pour refus de se soumettre aux injonctions des forces de l’ordre, parle pour elle. Délogée par la police lors d’une manifestation non autorisée de la Magyar Garda, le 4 juillet 2009, elle avait lancé des coups de pied dans l’air à l’intention des agents.

Donc pour résumer, Nikolett Müller crie des slogans homophobes le week-end avec ses compères de la Garda, mais cela n’empêche pas « Nikki Miller », « Angela », ou encore « Candy » (ses noms d’ « actrice »), de tourner des scènes lesbiennes la semaine (Si si, des vidéos l’attestent !).  Ceux qui ne considéraient la Garde hongroise que comme une association de vieux mâles grisonnants, ricanant d’eux à coups de « La morale devient rigide quand le reste ne l’est plus », vont devoir revoir leur jugement.

Articles liés :

Jobbik ne marche pas si droit

Pour aller plus loin :

Un article de Radics Béla qui défend la thèse que le métier de Nikolett Müller n’est qu’une couverture pour traquer les sexes circoncis des Juifs.

http://romaradicsbela.blog.hirszerzo.hu/?todo=entry&v

http://romalap.eu/pornoval-a-ciganyok-ellen-avagy-a-magyar-garda-az-erkolcs-es-a-szexipar.html

Le site de Nikki Miller

http://www.nikkimiller.org/ (avertissement : site réservé aux adultes)

Corentin Léotard

Journaliste

Rédacteur en chef de Hulala