La Hongrie face à la flambée des prix agricoles

Entre janvier 2010 et janvier 2011, les prix des produits agricoles à la production ont augmenté de 39,6% !

source : eu2011.hu

Sur cette période d’un an, les prix des cultures agricoles à la production ont augmenté de 57,6%. L’augmentation a été moins importante en ce qui concerne les produits issus de l’élevage (viande, lait, œufs) : +10,5%.

Le prix à la production des céréales a lui quasi doublé en un an, + 78,2%. Plus spécifiquement, le prix d’achat du blé a plus que doublé en moins d’une année, passant de 28.200HUF/tonne en avril 2010 à 63.900HUF/tonne en janvier 2011.

Les pommes de terre, à la base de l’alimentation hongroise, ne sont pas épargnées non plus par cette flambée des prix. Sur cette même période, janvier 2010-2011, leur prix a presque doublé, +88,3%.

Le prix des légumes frais a augmenté de 17,4% et celui des fruits de 55,5%. KSH note aussi que la vente de fruits, hormis les pommes, a été insignifiante en 2010.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères, János Martonyi, le 16 février 2011, a attiré l’attention du Parlement européen sur le fait que cette inflation des prix agricoles frappe les plus démunis et créer un risque de tensions sociales. « Des négociations intenses sont en cours au sein du Conseil sur l’avenir de la Politique agricole commune (PAC). Le Conseil cherche à identifier les moyens permettant de mettre en place dans l’avenir une production agricole économiquement viable et en même temps durable du point de vue environnemental. […] Lors de la réunion du 17 mars du Conseil, la présidence hongroise souhaite faire adopter des conclusions portant sur l’avenir de la PAC« , a-t-il aussi indiqué.

Selon les prévisions de l’ONU, les prix agricoles vont continuer à croître dans les mois à venir.

Source : KSH.hu

Articles liés :

Emission du 19 février sur Tilos Radio : biodiversité agricole et marchés de proximité

Le ministre français de l’agriculture à Budapest

La Hongrie sur la même ligne que la France concernant la PAC

La terre hongroise restera interdite aux étrangers