Le Fidesz plus populaire que jamais ?

Depuis avril dernier, le Fidesz a gagné quatre points dans les enquêtes de popularité. Avec 37% de soutien dans l’opinion publique, le parti de Viktor Orbán pèse plus lourd que tous les autres partis parlementaires réunis selon le sondage Medián HVG paru aujourd’hui.

Tel soutien n’a pas été enregistré depuis l’automne 2014 selon le newsmagazine hongrois. L’opposition, qu’elle soit de gauche ou d’extrême-droite apparaît ainsi plus que jamais en difficulté à mi-mandat. Si les progressistes réunissent ensemble environ 21% de soutien (MSzP : 9 ; DK : 5 ; LMP: 4 ; Együtt : 2 ; MLP : 1), c’est bien le Jobbik qui caracole en deuxième position avec 12% de popularité.

L’extrême bonne santé apparente du Fidesz ne doit pas faire oublier le score pas moins impressionnant des Hongrois ne se reconnaissant pas dans l’offre politique actuelle, lesquels atteignent 29% des sondés. Hégémonique à droite, le parti de Viktor Orbán parvient donc surtout à siphonner l’électorat du Jobbik en saturant l’espace médiatique de sorties fracassantes contre les réfugiés ou «Bruxelles», vieilles antiennes de l’électorat d’extrême-droite. Il ne parvient pas à attirer à lui le vaste groupe des électeurs orphelins de partis, déçus par la gauche mais pas prêts à soutenir le Fidesz. La fragmentation extrême des partis progressistes explique en tout cas assez facilement leur faiblesse dans ces sondages.

Avec les apparents bons résultats économiques et les récents succès footballistiques de l’équipe hongroise à l’Euro 2016, tout semble sourire au premier ministre conservateur. Mais les habitants de la vaste plaine hongroise savent sans doute mieux que quiconque, que même lorsque le Soleil est à son zénith, le vent peut tourner rapidement.