Endettés en devises : le gouvernement arrête les frais à Ócsa

Afin de pallier les effets désastreux de la crise des emprunts en devises étrangères survenue à la fin du mandat de Gordon Bajnai, le gouvernement mené par Viktor Orbán avait lancé en 2011 la construction de 500 logements à loyer modéré à Ócsa, une petite commune au sud-est de Budapest.

Le projet d’Ócsa était à l’arrêt depuis plusieurs années et rapidement après son lancement, il s’était avéré qu’il n’irait jamais à son terme. À l’origine, il était destiné à héberger des familles qui s’étaient trouvé surendettées après avoir contracté des prêts pourris en franc suisse, en yen ou en euro, puis expulsées de chez elles.

Le gouvernement a finalement révoqué son décret de 2011 sur la construction de maisons, écrit le journal officiel hongrois (magyar közlöny). 80 maisonnettes ont tout de même poussé de terre. Le projet avait été très critiqué, son coût étant démesuré au regard du prix du mètre carré. L’Ordre de Malte, l’organisation de charité qui pilotait la réinsertion sociale des habitants du nouveau lotissement, avait d’ailleurs cessé son activité dès le printemps dernier.

Ces Hongrois hypothéqués par les banques