Illycaffè, une histoire austro-hongroise

Bien sûr, tout le monde sait bien que l’Illetta, la fameuse machine à expresso brevetée en 1935 par Francesco Illy nous vient tout droit d’Italie, tout comme la célèbre marque de café éponyme. Or, Francesco est né Ferenc et non pas près de la Méditerranée, mais à  Temesvár, d’une famille magyaro-saxonne de Transylvanie. Fondée en 1933 à Trieste, l’entreprise de torréfaction Illy est avant tout une histoire austro-hongroise.

AScudier4
En 1900.

Ferenc Illy naît le 7 octobre 1892 à Temesvár (actuelle Timișoara) dans une famille catholique, d’un père hongrois – János  – et d’une mère saxonne – Aloisa Rössler. Il grandit dans le quartier de Józsefváros puis fréquente le lycée piariste de la ville. Au début de la Première guerre mondiale, il est enrôlé à 22 ans dans les rangs de l’armée austro-hongroise. Envoyé d’abord sur le front polonais (Kraśnik), il est ensuite mobilisé sur le front italien et prend part aux batailles de l’Isonzo pour défendre Trieste convoitée par Rome. La ville adriatique était alors le plus grand port d’Autriche-Hongrie, d’où embarquaient vers les Amériques les migrants originaires d’Europe centrale.

Trieste en 1921.
Trieste en 1921.

Après le conflit, Ferenc Illy décide de s’installer dans la cité portuaire, laquelle est annexée à l’Italie en 1921. Il y épouse une professeure de piano italienne et commence à travailler dans le commerce du café et du chocolat. Embauché au sein de la compagnie de torréfaction Hausbrandt, il en devient rapidement l’associé. Au point que celle-ci change de nom pour devenir Hausbrandt & Illy. Mais cette alliance est de courte durée et le désormais dénommé Francesco décide en 1933 de voler de ses propres ailes. Pour ne pas fâcher ses anciens compagnons, il leur laisse le marché triestin et tente sa chance hors la ville.

Ferenc Illy en 1930.
Ferenc Illy en 1930.

Francesco Illy est vite confronté à la difficulté de conserver l’arôme du café torréfié durant le temps du transport. Ce qui aurait pu lui coûter sa carrière se révèle à l’origine d’une trouvaille qui fera une partie de sa renommée. Il remplace dans les paquets de café torréfié le dioxygène par du diazote, technique pionnière du conditionnement sous atmosphère protectrice. Cette innovation majeure permet à son entreprise de se développer très rapidement et sur un territoire de plus en plus étendu.

Le commerçant, homme d’affaires et génial inventeur ne s’arrête pourtant pas en si bon chemin. Il met ainsi au point en 1935 l‘Illetta, la première machine à expresso du monde, dont de nombreux cafés de la péninsule se dotent très rapidement. Au cours du XXe siècle, l’entreprise familiale devient une firme italienne de dimension mondiale, faisant passer le café pour un produit de luxe, jouant ainsi sur le même registre que les marques milanaises de haute-couture. Curieuse destinée pour le plus italien des Hungaricum.

Affiche publicitaire, 1935.
Affiche publicitaire, 1935.

Bien qu’en Hongrie, les success stories des László Biró (stylo bille), Ernő Rubik (Rubicube), Ányos Jedlik (dynamo), etc. fassent souvent partie du récit national, la vie et l’œuvre de Ferenc «Francesco» Illy restent assez peu connus. A  Timișoara, sa ville de naissance, il n’a été honoré de façon posthume comme citoyen d’honneur que très récemment, en avril 2013, soit 57 ans après sa mort.

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Doctorant

Directeur de la publication de Hulala. Doctorant en géographie (Université François-Rabelais, UMR CITERES/associé au Centre de recherches en sciences sociales (CEFRES) de Prague).