Pour 2018, les socialistes hongrois ont trouvé leur candidat providentiel

Le Parti socialiste hongrois (MSzP) a désigné le maire de Szeged, László Botka, âgé de 43 ans, pour défier Viktor Orbán au poste de Premier ministre lors des prochaines élections législatives, prévues en avril 2018.

Les pourparlers ont été douloureux et chaotiques, mais la décision semble ravir les socialistes hongrois : le très populaire maire de Szeged, László Botka, sera bel et bien leur candidat aux élections parlementaires de 2018. L’annonce est tombée le 23 décembre dernier au terme de plusieurs semaines de discussion entre la direction du MSzP et l’édile de la troisième ville de Hongrie. Marginalisé lors du dernier congrès du parti puis courtisé par son président Gyula Molnár, László Botka a posé ses conditions pour assumer la tête de liste : l’union de la gauche autour d’un projet politique commun ainsi que le renouvellement des candidats dans les circonscriptions.

« Le MSZP soutient László Botka comme le candidat de l’opposition démocratique au poste de Premier ministre. (…) Nous construisons un projet de gauche qui, face à la politique sans espoir du Fidesz, offre un avenir aux quatre millions de personnes vivant dans la pauvreté ainsi qu’aux cinq millions de Hongrois qui vivent dans la précarité », a déclaré Gyula Molnár, le président du MSzP lors de l’officialisation de la candidature. Le Parti socialiste montrait courant décembre toutes les difficultés du monde à trouver un candidat issu de ses rangs, faute de postulant. Étant donnée la popularité de László Botka, la direction socialiste est fortement tentée de saborder le processus de primaire commune de la gauche qu’elle avait pourtant acté en novembre dernier, avec la Coalition démocratique (DK), Dialogue (Párbeszéd) et Ensemble (Együtt).

Les socialistes hongrois se rallient à l’idée de primaires à gauche

Cette tentative de passage en force a d’ailleurs été fraîchement accueillie par DK. Dans un communiqué publié dans la foulée de l’annonce du MSzP, le petit parti de centre-gauche a demandé une « clarification » aux socialistes, critiquant en substance leurs atermoiements autour de la primaire. Selon Mátyás Eörsi (DK), le MSzP aurait dû consulter ses partenaires avant de prendre sa décision. La candidature de László Botka sonne comme une mauvaise nouvelle pour le fondateur de DK, l’ex-Premier ministre socialiste Ferenc Gyurcsány. Malgré son impopularité historique, ce dernier misait sur l’absence de leadership à gauche pour espérer prendre un jour sa revanche face à Viktor Orbán.

László Botka a été élu à 29 ans maire de Szeged, grande ville du sud de la Hongrie. Malgré le recul historique des socialistes aux élections municipales de 2010, il a su conserver la municipalité à gauche, grâce à une politique culturelle et sociale volontariste. Figure charismatique, il devra parvenir à surmonter les divisions de son camps, mais également affronter les caciques du MSzP, s’il veut avoir une chance de l’emporter en 2018. La sortie fracassante de Péter Medgyessy, premier ministre socialiste entre 2002 et 2004, ne devrait pas lui faciliter la tâche. Ce dernier a déclaré le 28 décembre dernier souhaiter une coalition entre la gauche et l’extrême-droite pour déboulonner le Fidesz. Une proposition polémique que le MSzP a dû s’empresser de rejeter dès le lendemain.

 

Ludovic Lepeltier-Kutasi

Doctorant

Directeur de la publication de Hulala. Doctorant en géographie (Université François-Rabelais, UMR CITERES/associé au Centre de recherches en sciences sociales (CEFRES) de Prague).