« Un pays extrémiste exportant sa peste brune »

En ce jour d’anniversaire du traité de Trianon, le premier ministre slovaque Robert Fico a accordé une courte interview au Figaro dans laquelle il dénonce le « révisionnisme » hongrois et revient sur les querelles diplomatiques auxquelles se livrent son pays et la Hongrie, au sujet de la loi sur la double citoyenneté, votée récemment par Budapest.

Selon Robert Fico, cette loi s’intègre dans une stratégie globale du gouvernement Fidesz, qui vise à « revenir à la Grande Hongrie d’avant Trianon« . Il réaffirme qu’elle constitue un « risque pour la sécurité de la Slovaquie« . « Imaginez que des milliers de citoyens prennent la nationalité hongroise : les hommes politiques hongrois se comporteraient comme si le sud de la Slovaquie était partie intégrante de leur territoire! Le premier ministre, Viktor Orban, fait comme si la Slovaquie n’existait pas. »

Le premier ministre slovaque – favori des élections générales qui se tiendront le 12 juin – oppose l’antifascisme slovaque à l’extrémisme hongrois. « Il existe un conflit de valeurs entre la Slovaquie, aux traditions profondément antifascistes, et ce pays extrémiste qui exporte sa «peste brune». » Il met aussi au défi l’Europe de s’opposer à ce qu’il considère être un « révisionnisme historique« .

D’ailleurs, le mouvement Hatvannégy Vármegye Ifjúsági Mozgalom (HVIM) a prévu de manifester aujourd’hui à Versailles, comme il l’avait déjà fait en 2006, devant le palais de Trianon où fut signé le traité du même nom, il y a 90 ans exactement. Peut être est-ce cela « la peste brune » dont parle Fico ?

Retrouvez l’article complet sur le site du Figaro

Articles liés :

Vive le «Jour de l’unité nationale» !

La Slovaquie (contre) attaque !

Double citoyenneté : une loi plébiscitée dans le flou

Minorités hongroises : le grand jour ?

Double citoyenneté : le projet avance

Corentin Léotard

Journaliste

Rédacteur en chef de Hulala